DUPAU Jean-Claude, Émile [ Pseudonyme dans la Résistance : Coucou]

Par Jean-Luc Marquer

Né le 8 février 1922 à Itteville (Seine-et-Oise, Essonne), mort en action le 5 juillet 1944 à Accons (Ardèche) ; résistant FTPF, homologué Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Jean-Claude, Émile Dupau était le fils de Jean, Léon, Émile Dupau, électricien, originaire d’Ardèche, et d’Yvette, Jeanne Buisson, son épouse.
La famille résidait dans la région parisienne.
Ses grands-parents paternels étaient instituteurs à Saint-Maurice-sous-Chalencon (Ardèche).
Durant la guerre, il résidait au Pouzin (Ardèche).
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit la 7102e compagnie de FTPF de l’Ardèche. Ses services sont homologués du 3 au 5 juillet 1944.
Le matin du 5 juillet 1944, une colonne allemande motorisée et puissamment armée regroupant environ 150 véhicules et un millier d’hommes, appuyée par des avions, partit à l’assaut de la petite ville du Cheylard (Ardèche), bastion de la Résistance depuis le 6 juin 1944.
Empruntant la vallée de la Dorne, la colonne se scinda en trois groupes à Mézilhac (Ardèche). L’un des groupes suivit l’itinéraire passant par Dornas (Ardèche) et Accons (Ardèche).
Des résistants placés en avant-poste tentèrent de s’opposer à la progression des Allemands.
Jean-Claude Dupau fut tué au combat à Accons.
Un habitant d’Accons, François Plantier, témoigna pour le Mémorial de l’oppression : «  Lors de l’attaque allemande contre Le Cheylard le 5 juillet 1944, je m’étais caché chez moi. Deux jours après, en compagnie de plusieurs personnes, j’ai trouvé au quartier de Laurouze un jeune ayant le crâne fracassé. Il s’agissait du nommé Dupau Jean qui avait été tué lors du passage des troupes allemandes. L’arme qui se trouvait à côté de lui était brisée, ce qui porterait à croire que les Allemands s’en seraient servi pour lui briser le crâne  ».
Jean-Claude Dupau obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).
Il est enterré dans la tombe familiale au cimetière de Saint-Sauveur-de-Montagut (Ardèche).
Son nom figure sur le monument aux morts du Pouzin (Ardèche).
Une avenue de la commune porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248231, notice DUPAU Jean-Claude, Émile [ Pseudonyme dans la Résistance : Coucou] par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 21 mai 2022, dernière modification le 21 mai 2022.

Par Jean-Luc Marquer

Sources : AVCC, Caen, AC 21 P 176974 (nc). — SHD, Vincennes, GR 16 P 200975 (nc) ; GR 19 P 7/3, p. 3. — Arch. Dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 138. — Geneanet. — État civil, acte de mariage des parents, Paris, IIIe arr., n°300.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément