EXPERT Émile, Alphonse

Par Gilles Vergnon

Né le 22 mai 1892 à Béziers (Hérault), mort le 7 juillet 1980 à Valence (Drôme) ; instituteur, puis directeur d’école ; militant socialiste, syndicaliste et associatif, secrétaire départemental du SNI (janvier-juin 1940), secrétaire fédéral de la Drôme du Parti socialiste SFIO (1947-1949) ; premier adjoint au maire de Valence (1959-1965).

Émile Expert naquit dans une famille agricole de l’Hérault. Son père, Guillaume Expert, fut tout d’abord rémouleur et ouvrier agricole avant de devenir petit exploitant vigneron. Sa mère, Antoinette Palut, exerça de petits métiers ambulants avant d’assister son mari à l’exploitation.
Selon le cursus classique du « boursier », Émile Expert entra à l’École normale de Montpellier (Hérault), après avoir fréquenté l’école primaire supérieure. Nommé instituteur en 1912, il prit part au premier conflit mondial durant lequel il fut blessé et fait prisonnier. De retour dans l’Hérault, il épousa en mars 1919 Amélie Frachon, une institutrice, dont il eut trois enfants. Arrivé dans la Drôme dans les années trente, Émile Expert fut en poste à Romans, puis directeur de l’école la Crozette à Valence de 1938 à 1940. Élu au conseil syndical du SNI en novembre 1936 sur des positions « pacifistes », il entra au bureau départemental en novembre 1938, avant d’être nommé secrétaire départemental du syndicat en janvier 1940 en remplacement de son prédécesseur mobilisé. Muté autoritairement dans les Basses Alpes (Alpes-de-Haute-Provence) par le gouvernement de Vichy, Émile Expert fut, après divers postes, directeur d’école à Sisteron (Alpes de Haute-Provence) de 1942 jusqu’à la Libération. De retour à Valence en mars 1945, il fut nommé directeur de l’école Mésangère. Secrétaire administratif de la fédération SFIO de la Drôme en novembre 1945, puis secrétaire adjoint en août 1946 auprès de Marcel Cartier*, il fut élu secrétaire fédéral à la place de ce dernier lors du congrès fédéral du 10 août 1947 puis, durant le même mois, délégué au congrès national de Lyon. Émile Expert démissionna de ses fonctions lors du congrès du 12 février 1949. Il céda la place à Maurice Pic* et fut élu « secrétaire fédéral honoraire ». Il siégea sans interruption au bureau fédéral jusque dans les années soixante.

Émile Expert reprit des responsabilités syndicales en octobre 1947. Il représenta le SNI auprès de la FOL, siégea au conseil syndical de la FEN (1948) et, déjà retraité, fut secrétaire adjoint du SNI départemental de juin 1950 à novembre 1951.
Émile Expert conduisit à Valence la liste socialiste aux municipales d’octobre 1947 et d’avril 1953. En 1959, sixième sur la liste du maire radical Jean Perdrix, il devint le premier adjoint de ce dernier. Il exerça alors des responsabilités importantes : directeur des HLM de Valence (1959-1964), administrateur, puis vice-président de l’hôpital de Valence d’avril 1959 à décembre 1972. Il accompagna toute l’évolution de l’hôpital de la ville jusqu’à l’inauguration du nouvel hôpital en novembre 1969.

Suppléant de Maurice Vérillon* aux législatives de novembre 1958, Émile Expert fut aussi candidat malheureux en mars 1964 dans le canton de Valence Sud.

Peu impliqué dans les débats internes de son parti, il fut, en plus de ses mandats syndicaux et municipaux, un important responsable associatif : président de l’Union des mutilés et anciens combattants de 1953 à 1975 (UMAC), responsable départemental de l’Unesco, président départemental de la fondation De Lattre de Tassigny.

Émile Expert était titulaire de la croix de guerre 14-18, chevalier de la Légion d’honneur au titre de l’Éducation nationale (1956), chevalier du Mérite combattant, médaille d’or de l’UFAC.

A Valence, une rue du quartier de Valensolles porte son nom depuis mai 1984.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24824, notice EXPERT Émile, Alphonse par Gilles Vergnon, version mise en ligne le 4 mars 2009, dernière modification le 20 juin 2009.

Par Gilles Vergnon

SOURCES : Lettre et renseignements de Marie Expert (décembre 1997). — État civil de Béziers. — Arch. Mun. Valence, 1K21. — La Volonté socialiste, 1944-1965. — Bulletin du SNI, 1936-1940, Syndicat unique de l’enseignement laïc (1945-1950).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément