SAUDRAIS Guy, François

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 5 juin 1934 à Paris 6e arr. (Seine) ; syndicaliste Force ouvrière de Paris ; cheminot ; surveillant de gare, intérimaire, sous-chef de gare ; secrétaire de la section technique Transport de l’Union régionale de Paris Montparnasse (1979-1987) ; secrétaire national Transport de la fédération (1987-1989) ; membre du bureau national de la section nationale des retraités de la fédération (1991-1995).

Fils de cheminot du service du Matériel et de la Traction, Guy Saudrais obtint le CEP et le brevet commercial. Il entra à la SNCF en mai 1952 comme surveillant de gare à Paris Montparnasse. Il devint commis renseignements dans le même établissement en 1953. À la suite de sa réussite au concours d’employé stagiaire, il fut affecté d’octobre 1953 à juin 1955, à la section Voie et Bâtiments de Sablé-sur-Sarthe. Il effectua ensuite son service militaire de juin 1955 à août 1957 à Versailles puis en Algérie et au Maroc. En septembre 1957, Guy Saudrais réintégra la SNCF comme facteur mixte en gare de Versailles Chantiers. Par la suite, il effectua sa carrière au sein de l’arrondissement Exploitation de Paris Montparnasse et de la circonscription Exploitation de Versailles comme intérimaire de 3ème, 2ème et 1ère classe, sous-chef de bureau de gare de 3ème classe, chef agent mouvement et partit en retraite en juin 1989 au grade de chef de secteur mouvement.
Il adhéra à Force ouvrière en 1964 à la suite d’une sanction (suppression d’une partie de la prime de fin d’année) pour non respect de l’Ordre général n° 64 concernant l’utilisation du droit de grève à la SNCF, édicté par Robert Buron, ministre des Transports du gouvernement Georges Pompidou.
Il milita au sein de Force ouvrière, fut candidat lors des élections professionnelles de 1969 et devint au début de 1979 secrétaire de la section technique Transport et Commercial de l’Union régionale de Paris Montparnasse. En avril de la même année, il fut candidat au poste de secrétaire général adjoint de la section technique nationale Transport et Commercial mais ne fut pas élu. Au début des années 1980, il fut élu secrétaire régional adjoint de son Union régionale et le restera jusqu’à son départ en retraite.
Il représenta son organisation dans différentes instances : comité mixte de la circonscription Exploitation de Versailles, commission locale multifonctionnelle de Versailles, comité d’établissement régional de Paris Montparnasse etc.
Le 16 octobre 1967, lors du congrès fédéral à Bobigny (Seine-Saint-Denis), il devint secrétaire national Transport et siégea à plusieurs reprises à ce titre au CMPTC (Comité mixte professionnel central Transport et Commercial). Il fut également jusqu’en novembre 1988 membre du bureau national de l’UNCMT (Union nationale des cadres, agents de maîtrise et techniciens). Il fut en octobre 1990 élu secrétaire général de la section des retraités de l’Union régionale de Paris Montparnasse puis en 1991 membre du bureau national retraités de sa fédération. Il cessa ces deux mandats en mars 1995.
Au plan associatif, Guy Saudrais est membre depuis 1952 de l’AFAC (Association française des amis des chemins de fer) au sein de laquelle, il siégea de 1989 à 1993 au conseil d’administration. Il fut membre également de 1952 à 1989 de l’Amicale des agents mineurs de la SNCF. Depuis 1898, il représente FO à la commission sociale de l’AHICF (Association pour l’histoire des chemins de fer).
Lors d’un colloque organisé les 21 et 22 juin 2000, par l’Assemblée nationale sur « Une entreprise publique dans la guerre - SNCF 1939-1945 », il intervint au nom de Force ouvrière, pour exprimer son opposition à une plainte déposée à New York contre la SNCF par un descendant américain de déportés qui accusa l’entreprise publique de complicité dans la déportation effectuée par les autorités nazies. Utilisant sa verve épistolaire, il s’adressa à plusieurs reprises directement aux directions régionales et nationales de la SNCF pour exprimer ses désaccords sur des orientations de l’entreprise.
Sur le plan familial, Guy Saudrais est marié et père de deux filles dont l’une est employée de la SNCF et membre de Force ouvrière.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248269, notice SAUDRAIS Guy, François par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 27 septembre 2022, dernière modification le 21 mai 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Arch. de la fédération Force ouvrière et de ses unions régionales de Paris Rive Gauche et d’Amiens.— Le Rail Syndicaliste, organe de la Fédération FO des cheminots, de novembre-décembre 1987 - Page 136 du rapport de l’Assemblée nationale sur le colloque « Une entreprise publique dans la guerre - SNCF 1939-1945 ». Informations transmises en avril 2003 par l’intéressé.— Louis Botella et Gonzalo San Geroteo in Force ouvrière chez les cheminots, tome 3, Éditions du Petit Pavé, 2017.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément