BOUGARD Jacques, Jean, Baptiste, Noël

Par Éric Panthou

Né le 10 septembre 1922 à Cambrai (Nord), mort en action le 9 juin 1944 à Bretenoux (Lot) ; résistant au sein de l’Armée secrète (AS).

Fils de Georget, Ghislain Bougard et de Madeleine Mousseau, son épouse, Jacques Bougard appartenait à l’Armée secrète (AS), membre de la Brigade Creuze, Section As de cœur. Il fut tué lors des combats de Bretenoux au cours desquels les FFI essayèrent de bloquer une colonne de la division blindée Das Reich voulant franchir le pont du la Cère, entre Bretenoux et Biars-sur-Cére (Lot). Il s’agissait de résistants de l’Armée secrète (AS) de Corrèze.

Il a été reconnu Mort pour la France, homologué FFI. Il a reçu la médaille de la Résistance (JO du 14/08/1965).

Son nom figure sur le monument commémoratif du 9 juin 1944 à Bretenoux ainsi que sur le monument aux Morts de cette commune.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248321, notice BOUGARD Jacques, Jean, Baptiste, Noël par Éric Panthou, version mise en ligne le 23 mai 2022, dernière modification le 23 mai 2022.

Par Éric Panthou

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 29221, dossier militaire tué (nc). — SHD, Vincennes, GR 16 P 78388, dossier FFI (nc). — Ombres et espérances en Quercy, 1940-1945 : les groupes Armée Secrète Vény dans leurs secteurs du Lot, Toulouse, Privat, 1980. — Bernard Delaunay, Mémorial de la Résistance et de la déportation en Corrèze, 1940-1945, ANACR Corrèze, 1995, 208 p. — Mémoirlagenweb. — État civil Bretenoux.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément