TREUIL René

Par Dominique Tantin

Né le 21 juillet (ou septembre) 1924 à Brive-la-Gaillarde (Corrèze), mort le 25 avril 1944 à Saint-Pantaléon-de-Larche (Corrèze) ; résistant dans les Francs-Tireurs et Partisans (FTP).

René Treuil rejoignit les FTP de Corrèze. Alias « René », il combattait au sein de la 235e compagnie, dans un maquis F.T.P.F. à Mansac (Corrèze), le maquis Timbaud, situé dans un petit bois au Rosier d’Yssandon, commune de Mansac (Corrèze).
Selon le témoignage de Robert Mercier, ancien chef du détachement F.T.P, René Treuil fut blessé et capturé par les Allemands le mardi 25 avril 1944, à l’aube, dans les circonstances suivantes,
"Alerte ! Les boches sont là !" Chacun s’empare de son arme, le reste du matériel ne compte pas [...] La fusillade commence. Nous faisons jonction avec nos camarades. Je m’aperçois qu’ils ont oublié le fusil-mitrailleur, je demande à leur chef d’aller le chercher. Nous ne le verrons plus : tué ? Prisonnier ? Je ne sais pas. Je continue à diriger tout le monde pour une échappatoire. L’ennemi est trop nombreux et bien armé, il faut fuir. Soudain, c’est le contact. J’entends crier et devant moi, une ombre se dessine, c’est un Allemand qui jette son casque et ouvre sa capote en criant quelque chose que je [ne] comprends pas. Pas le temps de réfléchir, je fais feu sur lui à plusieurs reprises. Une mitrailleuse se met en action, derrière moi c’est la débandade. Je fonce devant moi en tirant sur tout ennemi qui se présente. Malgré les hurlements et le feu intense des armes, rien ne m’arrête, c’est la mort ou la vie. J’ai gagné, j’ai traversé la ligne dangereuse. Maintenant ce n’est plus sur moi que l’on tire, mais sur mes camarades qui ont eu peur et ne m’ont pas suivi. Je crois avoir fait trois morts [...] Nous avons eu plusieurs morts ou prisonniers... Le plus vieux, un juif de 51 ans ; le plus jeune "Joseph", un Alsacien de 17 ans ; Treuil René ; Crouzat Marcel ; Boiffier Raymond dit « Rapide ».".
Il fut déclaré mort le jour-même à Saint-Pantaléon-de-Larche, une commune voisine, achevé par les Allemands ou des suites de ses blessures. Son dossier au SHD permettra peut-être de le préciser.
Il obtint la mention Mort pour la France et fut homologué FFI. Son nom est inscrit à Brive-la-Gaillarde sur le monument commémoratif 1939-1945 et sur la stèle commémorative du cimétière.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248324, notice TREUIL René par Dominique Tantin , version mise en ligne le 26 mai 2022, dernière modification le 24 mai 2022.

Par Dominique Tantin

SOURCES : Service historique de la Défense, Caen, AVCC, AC 21 P 157282 et Vincennes GR 16 P 577687 (nc). — Bulletin municipal de Mansac, juillet 2012, p. 13. — Mémorial de la Résistance et de la Déportation en Corrèze, Brive, A.N.A.C.R.-Corrèze, 2015, p. 68. — Maquis de Corrèze, 150 combattants et témoins, Paris, Éditions Sociales, 1975, p. 526.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément