MAISSE Gérald, Marius, Maurice

Par Claude Pennetier

Né le 7 juillet 1947 à Albert (Somme), mort le 29 octobre 2020 à Fouilloy (Somme) ; professeur d’histoire et géographie  ; militant et élu communiste de la Somme.

Petit-fils du résistant Marius Reimann, aîné de trois enfants, Gérald Maisse était fils de René Maisse, ajusteur à la SNIAS de Méaulte (Somme) et de Michelle Reimann, employée de commerce. La famille était à gauche sur le plan syndical et politique mais nullement militante. Elle était sans pratique religieuse. Les premiers pas de Gérald dans la compétition électorale sous les couleurs communistes inquiétèrent un peu les parents.
Gérald Maisse passa son enfance à Albert où il fit sa scolarité à l’école primaire puis au collège. Élève de l’École normale d’instituteurs d’Amiens, il poursuivit des études en faculté où il obtint en 1971 la licence d’histoire-géographie mention histoire. Adhérent au Parti communiste depuis 1967, il milita à l’UEC.

En 1971, il épousa Guilaine Goret, professeure d’allemand, originaire des Ardennes, qu’il avait connue lors d’un symposium d’enseignants à Dresde et Görlitz, organisé par l’association France-RDA. Le couple eut deux enfants, un fils Cédric, une fille France.

D’abord enseignant au collège de Crèvecœur-le-Grand (Oise), Gérald Maisse obtint ensuite le CAPES et devint professeur certifié d’histoire-géographie au collège de Bapaume (Pas-de-Calais). Il demanda une mise en disponibilité pour occuper une fonction de permanent de la Fédération communiste de la Somme jusqu’en 1978. Il fut présenté par le PCF aux élections cantonales à Amiens-sud en 1973.

Après 1978, il exerça aux collèges d’Ailly-sur-Somme, puis de Sagebien et au lycée Louis Thuillier à Amiens (Somme) où il fut milita à la section du SNES.

Il eut des responsabilités publiques locales à partir de 1983 : adjoint au maire d’Amiens René Lamps de 1983 à 1989  ; conseiller général du canton d’Amiens Nord-Ouest de 1985 à 2015, conseiller régional de Picardie de 1992 à 1994. Il était très attaché au quartier ouvrier de Saint-Maurice.

Après le renoncement tardif de Maxime Gremetz à être candidat tête de liste, il accepta à la demande du PCF de conduire de manière improvisée la liste de ce parti aux élections municipales de juin 1995 face à Gilles de Robien qui fut élu au 1er tour avec 57,03 % . La liste PCF obtint 12,83 %.
En 2005, dans son canton, la population mobilisée de façon exceptionnelle dit ’Non’ au referendum sur le Traité constitutionnel à 71,6 %

Administrateur de la Maison de la Culture d’Amiens, il consacra trois livres à l’histoire de la Somme, illustrant trois moments forts du communisme : la création du Parti communiste, le Front populaire et la Résistance. Il fut un des fondateurs de l’association AERI Somme pour l’histoire de la Résistance.

À Dieppe (Seine-Maritime), où la famille avait un appartement, il rejoignit l’Association des Amies et Amis de la Commune de Paris 1871, et publia une brochure, Les Dieppois au temps de la Commune de Paris. Il fut président du comité local des Amis de la Commune.

Syndicaliste SNES, Gérald Maisse prit sa retraite de l’enseignement en 2007. Il se représenta à l’élection cantonale d’Amiens-nord-ouest en 2008 et tint un blog où il écrivait des articles sur la pauvreté en France et en Europe, la refondation de l’école et la suppression des lignes ferroviaires.

Il cessa ses activités militantes et de recherches historiques en 2015 pour raison de santé, et fut promu conseiller général honoraire en 2016.

De grande taille, avenant et modeste, homme de conviction, Gérald Maisse était une figure politique samarienne, "profondément attaché à l’idéal communiste’’ et "au progrès social et à l’esprit républicain" selon son fils Cédric, engagé lui aussi en politique à Amiens.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248398, notice MAISSE Gérald, Marius, Maurice par Claude Pennetier, version mise en ligne le 16 juin 2022, dernière modification le 18 juin 2022.

Par Claude Pennetier

ŒUVRE : L’Aube nouvelle. Histoire des premiers communistes de la Somme, 1920-1922, F. Paillard éditeur, Abbeville, 2003, 163 p. ; Le Front populaire et les communistes de la Somme ; Occupation et résistance dans la Somme, 1940-1944, préface de Roger Bourderon, Abbeville, Éditions Paillart, 2005, 474 pages.
Gérald Maisse avait aussi écrit "Aspects de la Résistance populaire dans la vallée de la Nièvre 1940-1944". Un tapuscrit de 50 pages inédit.

SOURCES  : Renseignement fournis par Madame Guilaine Maisse Goret. — Bulletin du Centre de mémoire et d’histoire Somme résistance et déportation, décembre 2020. — Bulletin des amis de la Commune, 2021. — Blog de Maisse Gérald en 2013. — Articles de la presse régionale, Courrier picard. — Notes d’Alain Dalançon et de Philippe Pauchet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément