FOULLY Adolphe

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 4 mai 1882 à Collat (Haute-Loire) ; instituteur puis restaurateur ; syndicaliste SNI et militant communiste de Haute-Loire.

Fils de François Foully, cultivateur et débardeur de bois, et de Rosine Moutte, Adolphe Foully, élève de l’École normale du Puy-en-Velay (1899-1902), fut instituteur à Blesle (1902-1904). Il effectua son service militaire dans l’infanterie de septembre 1904 à octobre 1906. Il reprit son enseignement à Auzon (1906-1910), Pont-d’Alleyras (1910-1912) puis à Vals-le-Chastel à partir de 1912. Rappelé sous les drapeaux en août 1914, il combattit d’abord sur le front de l’Ouest puis dans l’armée d’Orient de mai 1915 à septembre 1917, avant de revenir n France et fut démobilisé en février 1919.

Il reprit son poste avant d’être nommé directeur du cours complémentaire d’Allègre en 1925. Il termina sa carrière, directeur du cours complémentaire de Langeac.

Membre du Parti socialiste, franc-maçon, il était, en 1927, gérant du Bulletin de la section de Haute-Loire du Syndicat national des instituteurs, section qui se plaçait à l’époque à l’extrême gauche du Syndicat national des instituteurs (SNI). Il fut, de 1929 à 1934, secrétaire général du SNI, section de Haute-Loire, et, à cette dernière date, secrétaire départemental de la Fédération des Fonctionnaires CGT. C’est probablement lui qui présenta le rapport sur le projet de modification des statuts au congrès du SNI tenu à Paris du 4 au 6 août 1929. Il fut délégué aux congrès confédéraux CGT de septembre 1931 et septembre 1933.

Élu du personnel au conseil départemental de l’Enseignement, il y jouait, selon l’inspecteur d’académie, « un rôle pondéré, conciliant et modérateur » (rapport au préfet, 15 juin 1934). Il collabora au Rappel de la Haute-Loire, organe départemental de gauche.

À la retraite, Adolphe Foully se reconvertit comme restaurateur au Puy. Le Parti communiste avait reçu son adhésion à la Libération. Toujours très militant, Foully fonda la Librairie laïque coopérative du Puy avec Machabert et Madame Dejax et donna des articles sur l’histoire du SNI dans L’École libératrice.

Retiré à Pont-d’Alleyras après la maladie de sa femme qui mourut bientôt à Nice le 31 juillet 1964. Adolphe Foully, qui s’était marié deux fois, eut deux enfants : Renée (1907-1932) et Georges (né en 1911).

Ses archives (12 cartons) ont été déposées au CHS par Adrien Faure, en deux versements en 1993 et 1996.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24860, notice FOULLY Adolphe par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 6 mars 2009, dernière modification le 31 juillet 2021.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat., F7/13026, rapport hebdomadaire du préfet. — Le Peuple, 23 juillet 1929. — Comptes rendus des congrès de la CGT. — Auguste Rivet, La Vie politique dans le département de la Haute-Loire de 1815 à 1974, Le Puy, 1979. — Renseignements communiqués par René Jouvhomme, instituteur honoraire, ancien élève d’Adolphe Foully. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément