FAYNOT Jean-Claude

Par Didier Bigorgne

Né le 6 avril 1944 à Écordal (Ardennes) ; adjoint d’enseignement, cadre territorial puis professeur d’histoire-géographie ; militant socialiste, coordinateur du courant CERES dans les Ardennes ; conseiller municipal de Rethel (1977-1995).

Fils de Pierre, Emile, Henri Faynot, peintre en bâtiment qui devint artisan, et d’ Odette Cornelusse, commerçante en droguerie, Jean-Claude Faynot était le cadet de deux garçons. Les parents étant installés à Rethel, il y accomplit sa scolarité : il fréquenta successivement l’école primaire Gambetta, le collège et lycée Robert de Sorbon jusqu’en classe de première. Il fit sa terminale au lycée Clémenceau de Reims où il réussit le baccalauréat, série philosophie, en 1963. Il poursuivit ses études au Collège littéraire universitaire de Reims, dépendant de la faculté des lettres de Nancy, et obtint une licence d’histoire-géographie, mention géographie en 1967. Enfin il présenta, avec succès, un mémoire de maîtrise de géographie, option aménagement du territoire, à la faculté de lettres de Reims, en 1969.

Jean-Claude Faynot entra dans l’Éducation nationale en 1964. Maître d’internat au lycée Robert de Sorbon de Rethel jusqu’en 1967, puis maître-auxiliaire au lycée agricole (1967-1968), il effectua deux années de service national actif à Tarzis (Tunisie). À son retour en France, il travailla de nouveau en qualité de maître-auxiliaire, fut intégré dans le corps des adjoints d’enseignement, et adhéra au SNES.

De 1983 à 1987, il obtint un détachement à la mairie de Charleville-Mézières, et exerça la fonction de directeur de cabinet du maire socialiste Roger Mas. Promu professeur certifié d’histoire-géographie, il enseigna au lycée Sorbon de Rethel de 1987 à 1995, puis au lycée Colbert à Reims jusqu’à son départ à la retraite en 2004. Pendant ces années, il fut aussi vacataire, de 1990 à 1998 au département de géographie à la faculté des lettres et sciences humaines de Reims.

Jean-Claude Faynot adhéra au Parti socialiste en 1972. Il fonda la section de Rethel dont il occupa le poste de secrétaire, et devint le coordinateur du courant CERES dans la fédération des Ardennes. Après le congrès national de Pau (31 janvier-2 février 1975) où le courant CERES recueillit 25,4% des votes des militants, il entra à la commission exécutive fédérale le 23 février 1975. Il fut aussi élu au poste de secrétaire fédéral à la formation, qu’il occupa jusqu’au congrès fédéral de Sedan qui se tint le 12 juin 1977. À ce congrès, il vota pour la motion 2 « Pour appliquer le programme commun : unité, autogestion, indépendance ». Il fut alors désigné membre de la commission de résolution, afin d’établir en commun une motion ardennaise au congrès national de Nantes (17-18-juin 1977). Délégué aux congrès nationaux de Pau (1975), Nantes (1977), Metz (1979) et Valence (1981), il siégea à la commission exécutive jusqu’en 1995.

Aux élections municipales des 14-21 mars 1977, Jean-Claude Faynot conduisit une liste d’union de la gauche à Rethel et fut élu avec quatre de ses colistiers. Il fut réélu dans les mêmes conditions en mars 1983 et 1989. Il représenta son parti, à trois reprises, aux élections pour le conseil général dans le canton de Rethel. Le 23 septembre 1973, il obtint 1022 voix sur 7732 inscrits et 3888 votants (27,2% des suffrages exprimés). Au scrutin des 18-25 mars 1979, il recueillit 1673 voix (27,21% des suffrages exprimés) au premier tour, mais échoua avec 3093 voix (46,68%) au second tour. Le 10 mars 1985, il obtint 1795 voix (31,7% des suffrages exprimés). Suppléant du député socialiste Roger Mas dans la première circonscription de Mézières-Rethel depuis le 21 juin 1981, il figura, en quatrième position, sur la liste du Parti socialiste aux élections législatives du 16 mars 1986 ; celle-ci recueillit 143 844 voix (32,51% des suffrages exprimés) et eut un seul élu (Roger Mas).

Jean-Claude Faynot quitta les Ardennes en 1995 pour enseigner à Reims. Il milita à la section locale du Parti socialiste jusqu’en 2000 et fut un temps secrétaire fédéral de la Marne. Aux élections des 15-22 mars 1998 pour le conseil général, il fut candidat dans le deuxième canton de Reims 6. Il obtint 1585 voix sur 14 728 inscrits et 7412 votants (21,93% des suffrages exprimés), puis 2646 voix (41,28% des suffrages exprimés) au scrutin de ballottage.

Marié le 30 décembre 1965, à Ecordal, avec Marie-Laure Titeux, professeure de lettres, Jean-Claude Faynot divorça en 1975. Il épousa, en secondes noces, Marie-France Richard, professeure de lettres, le 26 juin 2004 à Saint-Jorioz (Haute-Savoie). Père de quatre filles, il vivait en 2022 à Saint-Jorioz.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248709, notice FAYNOT Jean-Claude par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 6 juin 2022, dernière modification le 6 juin 2022.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Le Réveil ardennais, 1975 à 1986. — L’Ardennais, résultats des élections municipales et cantonales de 1973 à 1989. — L’Union, 16 et 23 mars 1998. — Renseignements et témoignage de l’intéressé (2021). — État civil d’Écordal.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément