VIGNÉ Claude, Louis, Gaston

Par Christine Delpous-Darnige

Né le 10 décembre 1926 à Agde (Hérault), massacré par les troupes d’occupation le 18 mars 1943 à Agde ; lycéen ; victime civile.

Fils unique d’un couple issu de la petite bourgeoisie viticole — son père était négociant en vin et son grand-père médecin vétérinaire — Claude Vigné était lycéen dans sa ville d’Agde. Dans cette commune littorale méditerranéenne, la côte était interdite aux populations civiles par l’armée allemande arrivée en novembre 1942 qui avait entrepris la construction militaire du « Mur de la Méditerranée ». Les Agathois furent donc invités à déménager leurs constructions agricoles ou leurs quelques villas de villégiature.

Ce fut lors d’une de ces opérations que, dans la matinée du 18 mars 1943, l’adolescent resté seul s’aventura avec son appareil photo sur la plage de Rochelongue, située dans la zone interdite. Surpris par une sentinelle allemande, il partit en courant mais, rattrapé dans sa cachette, il fut abattu, pris en tenaille par deux patrouilles. Reconnu par le maire, Jean Félix, le corps fut emporté à l’hôpital de la ville où une autopsie se déroula le 20 mars au matin. Les deux médecins officiant conclurent à deux blessures par « fusil de guerre ». Ils terminèrent leur rapport en écrivant : « Tout s’est passé comme si Claude Vigné avait été touché étant couché sur le ventre par un tireur qui se serait trouvé à une courte distance, debout, à la droite et du côté de la tête de la victime ». Il est inscrit sur l’acte de décès daté du 20 mars, que le jeune homme de 16 ans « est décédé à son domicile » tandis que le journal local, L’Avenir agathois, daté du même jour précise qu’il a été « tué dans les circonstances tragiques que tout le monde connaît. ».

L’imposant cortège de ses funérailles qui parcourut la ville le 21 mars aurait regroupé jusqu’à 2000 personnes, soit le tiers de la ville. Occasion d’un geste ordinaire de résistance à l’occupant ?

Claude Vigné obtint la mention « Mort pour la France » le 18 juillet 1955 et une rue porte son nom dans la ville depuis 1997. Son nom figure sur le monument aux morts d’Agde. Il est mentionné avec le statut de victime civile sur le site Mémoire des hommes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248756, notice VIGNÉ Claude, Louis, Gaston par Christine Delpous-Darnige, version mise en ligne le 8 juin 2022, dernière modification le 8 juin 2022.

Par Christine Delpous-Darnige

SOURCES : Service historique de la Défense, Caen, AVCC, cote AC 21 P 406985. — Archives communales, Agde, État civil, registre des décès. — L’Avenir Agathois, 20 mars 1943 – Ville d’Agde, Les Agathois martyrs de la résistance victime du nazisme, tapuscrit, 1997. — Joseph Picheire, L’histoire d’Agde, Lyon, Éditions Bissuel, 1966. — Jean Sagnes (dir), Agde, 2600 ans d’histoire, Toulouse, Privat, 2006

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément