DENUEL Pierre, Franck, René

Par Éric Panthou

Né le 16 octobre 1922 à Fumel (Lot-et-Garonne), exécuté sommairement par la Milice le 11 mai 1944 à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), Eysses ; étudiant ; résistant au sein des FFI.

Pierre Denuel était le fils de Henri, Jean Denuel, 39 ans, cordier, et de Marie, Jeanne Fournier, 19 ans, son épouse, sans profession. Il était issu d’une vieille famille de Fumel (Lot-et-Garonne) où ses parents tenaient un commerce.
En 1926, la famille habitait Soulou à Fumel, avec Marc Fournier, cordier, et son épouse Marguerite, parents de Marie Denuel.
À l’issue de ses humanités agenaises, il prépara le concours de Saint-Cyr mais cette école étant dissoute, il s’engagea au 10e RCA à Nîmes, une unité qui fut bientôt dissoute également. En septembre 1943, de retour à Fumel, considéré comme étudiant, il rejoignit la Résistance dans le Lot. Il était célibataire.

Sa tête étant rapidement mise à prix, il rallia la Dordogne où il prit contact, à Belvès, avec le groupe Soleil. Ses qualités et sa détermination lui valurent d’être désigné, le 1er avril 1944, chef du groupe-franc en charge du secteur Fumel-Villeneuve-Agen.

Il composa une équipe d’une dizaine d’hommes et reçut bientôt mission de recueillir des renseignements sur la centrale d’Eysses à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), la vie autour de l’enceinte, les angles de tir des miradors, les possibilités d’approche pour placer des explosifs...

C’est au cours de ce repérage qu’il perdit la vie. Accompagné de trois hommes, il descendit de Lacapelle-Biron (Lot-et-Garonne). La voiture et ses occupants furent repérés par un mouchard qui téléphona au responsable local de la Milice, le docteur Péribère qui envoya ses miliciens sur place.

Le 11 mai 1944, Pierre Denuel accompagné de Jacques Bauer et Serge Delhumeau vint près de Villeneuve, ayant un rendez-vous avec un inspecteur de police résistant. Il laissa ses deux compagnons dans la voiture.

Au niveau du carrefour de la Dardenne sur la route de Lacaussade, Pierre Denuel rencontra Jacques Péribère qu’il connaissait bien. Le père Péribère, pharmacien, était le chef de la milice à Villeneuve-sur-Lot. Le fils était milicien lui-même et voulut arrêter Pierre Denuel qu’il connaissait bien : les deux jeunes gens étaient tous les deux dans la même classe au lycée Saint-Caprais à Agen . Pierre Denuel le reconnaissant, fit demi-tour pour repartir. Jacques Péribère l’abattit froidement d’une balle dans le dos. Jacques Bauer et Serge Delhumeau restés dans la voiture furent arrêtés par des miliciens après avoir été dénoncés par des riverains. Au cantonnement, Pierre Jacquillon, croyant au retour de ses camarades, sortit sans méfiance et fut abattu. Jacques Bauer réussit à fausser compagnie à ses geôliers, il tomba face à l’ennemi, le 11 juin 1944, à Mouleydier (Dordogne). Serge Delhumeau fut déporté et mourut à Dachau.
Pierre Denuel obtint la mention « Mort pour la France » mais ne fut pas homologué FFI. Il fut décoré de la médaille de la Résistance à titre posthume (JO du 13 octobre 1946).
Une stèle fut érigée sur les lieux du drame au carrefour de La Dardenne et une cérémonie rappelle chaque année ces événements. Son nom figure également sur les monuments aux Morts de Fumel (ville et cimetière).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248791, notice DENUEL Pierre, Franck, René par Éric Panthou, version mise en ligne le 9 juin 2022, dernière modification le 10 juin 2022.

Par Éric Panthou

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 117328, dossier militaire tué (nc). — SHD, Vincennes, GR 16 P 175570, dossier résistant (nc). — Arch. Dép. Lot-et-Garonne, recensement Fumel, 1926, p. 5. — "Pierre Denuel, assassiné en 1944 d’une balle dans le dos", La Dépêche du Midi, édition Lot-et-Garonne, 8 mai 2022. — Jean-François Renault, "Abattu « comme un chien »", Sud-Ouest, édition Lot-et-Garonne, 15 mai 2004. — Mémorialgenweb. — État civil Fumel et Villeneuve-sur-Lot

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément