LE DERFF Roger

Par André Delestre

Né le 14 décembre 1946 à Vannes (Morbihan) ; cheminot ; syndicaliste CGT, secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Rouen (1985-1993), membre du bureau du secteur CGT de Rouen (1982-1990), membre de la Commission exécutive de la Fédération CGT des cheminots (1992-2003), membre puis responsable du collectif national du Sernam (1979-2003), membre du secrétariat de l’UL-CGT de Rouen (1979-2002).

En septembre 1964, au terme de son CAP obtenu dans les écoles d’apprentissage de la SNCF, Roger Le Derff intégra les ateliers du Matériel de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) au grade d’OPFLK, c’est-à-dire d’ouvrier professionnel confirmé. Il demeura à ce poste jusqu’en 1968. L’année suivante, il devint brièvement commis au service de l’Exploitation avant d’être engagé, en 1970, au Service national des messageries (Sernam), entité de la SNCF chargée du transport des bagages et colis. Située à Rouen-Rive Gauche, l’agence du Sernam était de création récente. Roger Le Derff y effectua toute sa carrière professionnelle, accédant successivement aux grades d’agent de bureau puis de Chef chantier messagerie. En 2002, alors qu’une filialisation du Sernam fut mise en œuvre par la SNCF et les employés redistribués dans d’autres services, il prit sa retraite. Au sein de l’agence de Rouen-Rive Gauche, Roger Le Derff connut Catherine Guguen, sa seconde épouse, employée administrative du Sernam, militante de la CGT. Le couple eut un fils.

Adhérent de la CGT depuis 1965, Roger Le Derff participa aux évènements mai 1968 avec ses camarades du Matériel des ateliers de Nanterre-La Folie (Hauts-de-Seine). Quelques années plus tard, en 1971, il vécut également la grève dite « des primes de vacances » qui éssaima un peu partout sur le territoire. Les années 1970 coïncidèrent avec ses premiers mandats syndicaux. En 1971, il fut élu délégué du personnel. L’année suivante, il fut élu à la Commission exécutive du syndicat CGT des cheminots de Rouen (Seine-Maritime). Syndicat dont il devint le secrétaire général de 1985 à 1993. Cette responsabilité le conduisit à participer au bureau du secteur régional de Normandie de 1982 à 1990. En parallèle, il exerça plusieurs mandats spécifiques à l’activité du Sernam, tant au sein de la Fédération CGT que dans les instances de la SNCF. De 1979 à 2002, il fut responsable du collectif national du SERNAM, collectif dont il devint le premier responsable à compter de 1992. Il siégea également au CE régional et national du Sernam au cours des années 1980. Enfin, il fut membre de la Commission exécutive de la Fédération CGT des cheminots de 1982 à 2003.

En parallèle de ses mandats, Roger Le Derff s’investit également dans l’action interprofessionnelle. De 1979 à 2002, il fut notamment membre du bureau puis du secrétariat de l’Union locale CGT de Rouen (Seine-Maritime). À ce titre, il participa à organiser le transfert du siège de l’UL, du 38 rue du Renard à l’avenue Jean Rondeaux à Rouen.

Au début des années 2000, Roger Le Derff et son épouse quittèrent la Normandie pour s’installer à Vannes dans le Morbihan. Ils continuèrent à s’investir dans l’action militante. En 2014, lors des élections municipales de Vannes, ils furent candidats sur la liste "Partageons la ville", soutenue par le Front de gauche. En 2015, lors des élections départementales, membre du PCF, Catherine Guguen fut candidate sur le troisième canton de Vannes et obtint 621 voix soit 5,37% des exprimés.
En 2020, ils furent de nouveau candidats aux élections municipales sur la liste "Vannes, projets citoyens".

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248937, notice LE DERFF Roger par André Delestre, version mise en ligne le 27 septembre 2022, dernière modification le 15 juin 2022.

Par André Delestre

SOURCES : Arch. de l’IHS-CGT de la Fédération des Cheminots (30 FD 3). — Notes d’André Delestre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément