DELAYE Paul, Édouard

Par Jean-Luc Marquer

Né le 13 novembre 1919 à Gourdon (Ardèche), exécuté sommairement par des soldats allemands le 5 juillet 1944 à Gourdon ; cultivateur ; résistant homologué Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Paul, Édouard Delaye était le fils d’Émile, Paul Delaye, cultivateur, et de Maria, Victorine Aimé, son épouse.
En 1936, la famille habitait à La Fayolle, commune de Gourdon (Ardèche), près du col du même nom, à cheval sur les communes de Gourdon et Saint-Julien-du-Gua (Ardèche).
Célibataire, Paul Delaye était cultivateur dans dans l’exploitation familiale.
Le 12 juin 1944, son frère Georges et lui rencontrèrent le responsable du maquis de Saint-Julien-du-Gua, relevant du secteur C de l’Armée secrète de l’Ardèche, et lui dirent qu’ils souhaitaient rejoindre la Résistance.
Victor Reynaud demanda à Paul Delaye de rester à son domicile et de surveiller les allées et venues sur la route du col pour le compte du maquis. Son frère partit pour le maquis. Une ligne téléphonique fut détournée et aménagée entre La Fayolle et Saint-Julien-du-Gua.
Le matin du 5 juillet 1944, une colonne allemande motorisée et puissamment armée regroupant environ 150 véhicules et un millier d’hommes, appuyée par des avions, partit à l’assaut de la petite ville du Cheylard (Ardèche), bastion de la Résistance depuis le 6 juin 1944.
Dès 7h30, La Fayolle avertit qu’on entendait canons et mitrailleuses.
Entendant sur la ligne téléphonique qu’on cherchait un homme pour avertir les résistants d’Antraigues (Ardèche) ou d’Aubenas (Ardèche), Paul Delaye se porta volontaire et partit à bicyclette mais fut arrêté par des soldats d’une colonne allemande qu’un virage lui avait cachée. Embarqué dans un camion, il repassa devant sa maison et fit un signe de la main à son père.
La colonne fut attaquée par des FTP d’Antraigues. Le camion dans lequel se trouvait Paul Delaye parvint à passer. Quelques centaines de mètres plus loin, le camion s’arrêta, les Allemands en firent descendre Paul Delaye et l’exécutèrent sommairement. Son corps fut retrouvé quatre jours plus tard par des bergers.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur. Ses services sont homologués du 12 juin au 5 juillet 1944.
Il est enterré dans le cimetière de Saint-Julien-du-Gua.
Son nom figure sur le monument aux morts de Saint-Julien-du-Gua, sur les plaques commémoratives des églises de Gourdon et Saint-Julien-du-Gua et sur une plaque au col de la Fayolle à Gourdon (Ardèche).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248958, notice DELAYE Paul, Édouard par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 17 juin 2022, dernière modification le 17 juin 2022.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : AVCC, Caen, base victimes civiles, AC 21 P 332824 (nc). — GR 16 P 168925 (nc) ; GR 19 P 7/30, p. 30, — Arch. Dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression 3808 W 207. — Arch. Dép. Ardèche, recensement Gourdon, 1936, p. 7. — Mémoire des hommes. — Geneanet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément