ZITENFELD Ita, Mala, épouse POITEVIN

Par Henri-Ferréol Billy

Née le 15 décembre 1889 à Sieradz (Pologne), suicidée le 16 juillet 1942 à Paris IVe arr. (Seine) ; ouvrière en confection ; victime civile.

Juive, Ita, Mala Zitenfeld était la fille de Mendel Zitenfeld, commerçant à Lodz (1853-1937), et de Pessa Wagman (1853-1928), elle rejoignit la Belgique en 1935. Puis, son passeport étant périmé, elle se rendit à Paris clandestinement à bord d’un car d’ouvriers. Elle fut hébergée chez une cousine, 10 rue des francs-bourgeois Paris, IVème arr. Elle essaya d’être naturalisée et suiviit la famille de sa cousine à Angers (Maine-et-Loire) où ils s’installèrent 5 rue Millet. Angers, où elle demeurait en 1938. Elle trouva la possibilité d’avoir un « mariage blanc » et épousa le 18 août 1938 à Angers François René Poitevin (1889-1968) qui était couvreur.

Une fois le mariage célébré, elle partit, laissant son mari qui publia une annonce en septembre 1938 indiquant qu’il ne répondait pas des dettes de son épouse. Son mariage lui permit d’être naturalisée en vertu de l’article 8 de la loi du 10 août 1927 (dossier de naturalisation 80050 X 37). Elle apparaît dans le « Fonds de Moscou » avec pour date 1938 (dossier 5644).

Sa nationalité lui fut retirée par décret du 14 octobre 1941, publié au Journal officiel du 17 octobre 1941 (page 4487, 3ème colonne), après examen au cours de la séance n° 249 du 2 mai 1941 par la commission 1. Il est noté qu’elle est alors sans domicile actuellement connu.

Le 16 juillet 1942 au matin, alors que la rafle du Vel d’Hiv avait été lancée, ses voisins entendirent des râles venant de sa chambre située au 4ème étage du 35 rue des Rosiers dans le IVe arrondissement de Paris (son acte de décès lui donne pour domicile le 40 rue du Temple). Ils la découvrirent allongée sur son lit et habillée. A côté d’elle, un verre contenant un liquide blanchâtre. Elle avait absorbé de l’acide chlorhydrique. Transportée à l’Hôtel-Dieu pour « intoxication à l’acide », elle décéda à 10h45. Elle est la première victime de la rafle du Vel d’Hiv.

Le commissaire du quartier écrit qu’il suppose que « prise de peur par suite de l’opération susmentionnée qui a causé un gros émoi dans la population juive du quartier et craignant la découverte de sa situation irrégulière la défunte se soit empoisonnée dans un moment de panique ». Les policiers n’avaient pas de fiche à son nom.

Son corps fut envoyé le 18 juillet à l’institut médico-légal. Il fut inhumé le 21 juillet 1942 au cimetière parisien de Thiais (Val-de-Marne, ex. Seine), division 2, ligne 15, n°8.

Sa photo figure en illustration n°52 du livre de Laurent Joly.

Elle n’est pas répertoriée par Yad Vashem.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248961, notice ZITENFELD Ita, Mala, épouse POITEVIN par Henri-Ferréol Billy, version mise en ligne le 17 juin 2022, dernière modification le 17 juin 2022.

Par Henri-Ferréol Billy

SOURCES : Arch. Nat. BB/27/1445 (nc) et 19940488/65. — Arch. Paris, répertoire annuel d’inhumation, Thiais, 1942, p. 20. — Laurent Joly, La rafle du Vel d’hiv, Grasset, 2022 . —Geneanet. — État civil de l’hôtel-Dieu.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément