GADOIS Michel, Lucien, Émilien

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 27 juin 1921 à Mamers (Sarthe), exécuté sommairement le 8 août 1944 à Ruillé-sur-Loir, aujourd’hui commune nouvelle de Loir-en-Vallée (Sarthe) ; résistant des forces françaises de l’intérieur (FFI).

Michel, Lucien, Émilien Gadois, était le fils de Marcel, Victor, Lucien Gadois, empoyé de commerce, puis agent d’assurance, et d’Eugénie, Armandine Boismal, son épouse.
D’après la fiche matricule de Marcel Gadois, la famille déménagea souvent. Après Mamers (Sarthe) où naquit Michel Gadois, elle vécut à Courtomer (Orne) pendant une dizaine d’années, puis s’installa au Merlerault [Le] (Orne) pendant quelques mois avant de s’installer à Paris pour un an, de revenir au Merlerault à nouveau pour quelques mois, avant d’habiter Le Mêle-sur-Sarthe (Orne) à partir de 1935 ou 1939.
Michel Gadois entra dans la Résistance à l’armée secrète (AS) du maquis de Chaumière, à Ruillé-sur-Loir aujourd’hui commune nouvelle de Loir en Vallée (Sarthe), où ses services furent homologué à compter du 1er mai 1944.
Le 7 août 1944, les Résistants avaient entrepris un sabotage contre un train de munitions, sur la ligne Tours – Le Mans. Ils apprirent que des Allemands qui avaient volé des chevaux étaient stationnés à la Durtière, à Ruillé-sur-Loir. Les maquisards qui étaient une douzaine s’attendaient à avoir à faire à une quinzaine d’Allemands mais il y avait en réalité près de 80 soldats. Le lendemain 8 août, comptant sur l’effet de surprise, « on a donc attaqué la ferme. » et « On n’avait pas vu qu’il y avait une sentinelle. » relate Solange Dubuisson qui, âgée à l’époque de 19 ans combattait dans le maquis, les armes à la main.
Michel Gadois fut blessé au cours du repli et capturé par les Allemands, il fut achevé d’une balle dans la tête au lieu-dit "La Durtière". Il est considéré comme "tué au combat" sur Mémoire des Hommes.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué au grade de lieutenant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Il fut décoré à titre posthume de la Croix de guerre 1939-1945 et de la Médaille militaire et fut élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur.
Son nom figure sur la stèle commémorative érigée en sa mémoire, à Loir-en-Vallée (Sarthe) et sur le monument aux morts, à Le Mêle-sur-Sarthe (Orne).
Son nom est inscrit sur la tombe de la famille GADOIS dans le cimetière du Mêle-sur-Sarthe (Orne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article249029, notice GADOIS Michel, Lucien, Émilien par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 20 juin 2022, dernière modification le 21 juin 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, AVCC, Caen, Cote AC 21 P 188096 (nc) ; SHD, Vincennes, GR 16 P 238102 (nc) et GR 19 P 72/43 page 26.— "Le Petit courrier, l’écho de la vallée du Loir" article du 8 décembre 2015 Solange raconte son passé de Résistante dans un livre.— Mémoire des Hommes.— Mémorial genweb.— Geneanet.— Site "Grand Mémorial".

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément