JAGET Maurice, Edmond

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 20 décembre 1909 à Paris, XIIIe arr. (Seine, Paris), mort à l’hôpital le 4 octobre 1944 au [Le] Mans (Sarthe) des suites de blessures ; résistant.

Maurice Jaget était le fils de Jean Jaget, tonnelier, et de Marthe Jeanne Blanche Hervais, lingère, domiciliés 19 rue l’Amiral-Mouchez, à Paris. Il fut reconnu par sa mère le 3 juillet 1912 par acte dressé en la mairie du XIIIe arr. de Paris. Il fut ensuite reconnu et légitimé par ses parents dans l’acte de mariage du 28 juillet 1915 en la mairie de Charenton-le-Pont (Seine). Il se maria le 23 septembre 1933 à Saint-Ouen (Seine) avec Suzanne Coponat.
Il résidait au Breuil sur la commune de Moulins-la-Marche (Orne).
Il entra dans la résistance et fut blessé au Clos Guéro, à Saint-Aquilin-de-Corbion (Orne), surpris par un soldat allemand.
Il décéda le 4 octobre 1944 à l’hôpital du Mans (Sarthe), des suites de ses blessures.
Il obtint la mention « Mort pour la France » par avis du ministère des Anciens combattants le 19 avril 1957.
Il est enterré dans la nécropole nationale de Chasseneuil-sur-Bonnieure (Charente), carré 2B, sépulture 1197.
Son nom figure sur le monument aux morts, à Moulins-la-Marche (Orne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article249031, notice JAGET Maurice, Edmond par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 20 juin 2022, dernière modification le 20 juin 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, AVCC, Caen, Cote AC 21 P 56735 (nc) et SHD, Vincennes, GR 16 P 305066 sans homologation à la Résistance (nc).— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de naissance n° 2454).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément