POIRIER Jean, Gaston

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 26 novembre 1930 à Alençon (Orne), victime civile des combats de la Libération morte le 11 août 1944 à Ancinnes (Sarthe) ; écolier ; victime civile.

Jean, Gaston Poirier était le fils de Gaston Poirier, chauffeur, et de Ernestine Aubert.
Le 11 août 1944, de violents combats eurent lieu à Ancinnes (Sarthe) entre les forces d’occupation et la 2e DB du général Leclerc qui libéra la ville.
Quatre soldats français furent tués et huit gravement blessés. Les pertes allemandes furent de neuf tués et 77 prisonniers.
Entre 17h00 et 18h00 un obus éclata sur des civils qui s’abritaient dans un chemin creux près de la ferme Geneslay au lieu-dit “les Guillebaudières” tuant cinq personnes et en blessant quatre autres.
Jean, Gaston Poirier était parmi les tués ainsi que son père, Gaston, sa sœur Jacqueline et son frère Gérard, tous réfugiés de Saint-Germain-du-Corbéis (Orne) et Marie Huet, Les quatre civils blessés étaient Mmes Fernande Defaux, Marcelle Gautier, Ida Brière et Adelaïde Courard.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et son nom figure sur les monuments aux morts, à Saint-Germain-du-Corbéis (Orne) et Ancinnes, sur les plaques commémoratives dans l’église paroissiale et la plaque commémorative 1939-1945 de la Ferme « Geneslay », à Ancinnes (Sarthe).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article249100, notice POIRIER Jean, Gaston par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 24 juin 2022, dernière modification le 24 juin 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, AVCC, Caen, Cote AC 21 P 388458 (nc).— Ancinnes : Resistance et Libération dans la Seconde Guerre Mondiale.— Mémoire des Hommes (victimes civiles).— Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément