MILLIÈRE Louise [née FOURÈS Joséphine, Louise]

Par Michèle Audin

Née le 15 juin 1834 à Paris, morte le 5 mars 1891 à Paris (Xe arr.) ; institutrice ; communarde.

Louise Millière

Joséphine, Louise Fourès naquit à Paris, le 15 juin 1834. Son père était bottier et sa mère sans profession. Elle était institutrice. Le 16 juin 1860, elle épousa Jean-Baptiste Millière à la mairie du sixième arrondissement de Paris.
En 1871, elle et son mari habitaient 37 rue des Martyrs. Ils furent arrêtés le 26 mai, à la fin de la Semaine sanglante. Son mari fut brutalement assassiné sur les marches du Panthéon. Elle fut traînée à Versailles et emprisonnée jusqu’au début août, puis libérée avec un non-lieu.

Elle fut ensuite libraire, 63 rue de Turbigo. Elle n’a jamais cessé de protester contre l’assassinat de son mari. Elle a réussi à lui faire établir un acte de décès (le 29 novembre 1872). En juillet 1872, elle s’est attaquée au capitaine Garcin, qui avait fait fusiller son mari. Mais celui-ci fut couvert par le ministre de la Guerre.
Louise Millière retrouva son métier d’institutrice, sans doute après l’amnistie des communards. En 1891, elle était directrice de l’école communale (de filles), 49 rue Louis-Blanc, et y habitait. Elle mourut le 5 mars de cette année. Selon son désir, elle eut des funérailles civiles au Père-Lachaise et fut incinérée. Charles Longuet, au conseil de Paris, avait fait voter l’attribution d’une concession perpétuelle pour son urne funéraire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article249120, notice MILLIÈRE Louise [née FOURÈS Joséphine, Louise] par Michèle Audin, version mise en ligne le 23 juin 2022, dernière modification le 25 juin 2022.

Par Michèle Audin

Louise Millière

SOURCES : État civil, presse et La Semaine de Mai, de Camille Pelletan (réédition Libertalia, 2022).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément