DONES André

Par Guy Herbreteau

Né le 23 mai 1954 à Toulouse (Haute-Garonne) ; cheminot ; syndicaliste CGT, trésorier puis président des activités sociales du CER Midi-Pyrénées (1998-2006), responsable de la politique financière du secteur CGT de Midi-Pyrénées (2002-2008) ; militant communiste.

Portrait d’André Dones
Portrait d’André Dones

La famille d’André Dones fut particulièrement investie dans la corporation cheminote. Son grand-père maternel, Daniel Dupuy, tout comme son oncle, Joseph Dupuy, furent employés du chemin de fer. Ce fut également le cas de son père, Firmin Dones, cheminot au service Voie et Bâtiments, et de sa mère, Suzanne Dupuy, qui entra à la SNCF, en 1967, année du décès de son époux, comme agent de contrôle des indicateurs-enregistreurs Flaman des locomotives. La famille comptait huit enfants, quatre filles et quatre fils, André était le cinquième de la fratrie.

Après des études primaires à l’école Jean Chaubet de Toulouse (Haute-Garonne), André Dones poursuivit sa formation initiale au Collège d’enseignement secondaire du Château de l’Hers à Toulouse, jusqu’en classe de troisième. Puis, à 15 ans, il intégra le Collège d’enseignement technique Guynemer afin d’obtenir un BEP d’électromécanique.

En septembre 1975, suite au décès de sa mère, André Dones et sa sœur Colette entrèrent à la SNCF. André fut affecté comme agent de conduite au dépôt de Toulouse (Haute-Garonne). Il y demeura à jusqu’en 1978. En 1985, il fut promu ouvrier qualifié à l’atelier de maintenance du dépôt de Périole à Toulouse (Haute-Garonne), puis ouvrier qualifié principal en 1991. En 1993, il accéda au grade d’agent technique Matériel puis agent technique maîtrise principal en 2003. Il exerça cette fonction jusqu’en 2009, année de son départ en retraite.

En février 1976, André Dones adhéra à la CGT sur la sollicitation de Michel Bordenave, secrétaire du secteur CGT des cheminots de Toulouse. S’il prit peu de responsabilités les premières années, il suivit les formations syndicales de premier et de deuxième niveau. Par la suite, il se forma à la gestion financière. Ces stages l’aidèrent à assurer les missions de trésorier (1998-2000 ; 2006-2009) puis de président des activités sociales (2000-2006) du CER Midi-Pyrénées, mais aussi celle de membre de la commission des activités sociales du CCE de la SNCF et de responsable de la politique financière du secteur CGT de Midi-Pyrénées (2002-2008). Une fois à la retraite, il conserva la fonction de trésorier pour la section CGT des cheminots retraités de Toulouse (Haute-Garonne).

Deux évènements marquèrent particulièrement la vie syndicale d’André Dones. D’abord, la grève de l’hiver 1986-1987, en raison de la particularité de ce mouvement qui vit se mettre en place des coordinations en opposition avec les organisations syndicales. Ensuite, le grand mouvement social de 1995 de par son ampleur exceptionnelle, l’importance donnée aux relations interprofessionnelles, la démarche démocratique permanente, l’ambiance et la fraternité qui se manifestèrent tout au long de la grève. « Nous étions tous soudés » raconta André. Si les deux mouvements ne furent pas comparables ni dans leur déroulement, ni dans leurs résultats, il n’en reste pas moins que l’engagement des militants CGT, dont André, fut important et nécessita beaucoup de lucidité. André trouva dans ces deux expériences de nombreux enseignements et vécut des moments forts de camaraderie.

En 1976, en parallèle de son engagement cégétiste et toujours par l’intermédiaire de Michel Bordenave, André Dones adhéra au Parti communiste français. Il prit des responsabilités au niveau de sa corporation en tant que trésorier et secrétaire de sa cellule d’entreprise, puis trésorier de la section PCF des cheminots de Toulouse (Haute-Garonne).

André Dones fut également un militant associatif très investi. Il se consacra de longues années au Toulouse Cheminots Marengo Sport (TCMS) et à l’Union Sportive des Cheminots de France (USCF). D’abord, joueur de l’équipe de Rugby de 1970 à 1989, il devint membre du bureau de la section rugby du TCMS de 1981 à 1990. De 1998 à 2009, il assura la représentation du CER Midi-Pyrénées au conseil d’administration du TCMS et au comité Atlantique de l’USCF. Il fut également adhérent de l’Orphelinat national des chemins de fer.

André Dones fut toujours un militant réservé et discret. Néanmoins, en bon rugbyman, il pratiqua la franchise sur et en dehors des terrains ! Dans ses différentes responsabilités, il fit preuve d’une grande efficacité. Sérieux dans son travail militant, profondément attaché et respectueux des conceptions de la CGT, il fut toujours d’une tranquillité rassurante pour ses camarades.

Marié le 21 juin 1979 à Martine, infirmière, le couple eut un fils, Yann, né en 1983.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article249123, notice DONES André par Guy Herbreteau, version mise en ligne le 27 septembre 2022, dernière modification le 28 septembre 2022.

Par Guy Herbreteau

Portrait d'André Dones
Portrait d’André Dones

SOURCE : Renseignements fournis par l’intéressé, mai 2022.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément