ALAPETITE Ferdinand [ALAPETITE Marien, Ferdinand]

Par Michaël Boudard

Né le 24 décembre 1821 à La Châtre (Indre), mort le 1er février 1895 à Clamecy (Nièvre) ; avoué puis avocat à Clamecy ; sous-préfet de l’arrondissement de Clamecy ; maire de Clamecy.

D’abord clerc d’avoué à Clamecy (Nièvre) à partir de 1845 chez Jules Bezou, Ferdinand Alapetite fut ensuite avocat. Après la fondation de la Deuxième République, des républicains de Clamecy fondèrent un Comité démocratique en mars 1848. Ferdinand Alapetite proposa la création d’un journal intitulé Le Peuple, organe de ce Comité : Liberté, Égalité, Fraternité, Vive la République ! venaient immédiatement au-dessous de son titre.
Le Comité démocratique de Clamecy rassembla environ cinq cents membres parmi lesquels les trois commissaires du Gouvernement provisoire, le pharmacien Bayle Parent, le docteur Maurice Lachevrie et le banquier Jules Cornu (voir ces trois noms) ; Alexandre Guerbet (voir ce nom) et Ferdinand Alapetite (les deux derniers faisant partie du Comité de rédaction du journal). Ce Comité démocratique fut particulièrement hostile au député de Clamecy Dupin aîné (très souvent caricaturé et malmené dans les écrits de Claude Tillier et de Victor Hugo) qui fut néanmoins réélu aux élections à la Constituante le 23 avril 1848. Dans le même temps, le docteur Lachevrie, fut battu.
Ferdinand Alapetite se maria à Auxerre (Yonne) en septembre 1851. Deux mois plus tard, après le coup d’État du 2 décembre 1851, Clamecy et ses environs se révoltèrent : la répression fut impitoyable et Ferdinand Alapetite défendit un grand nombre de prévenus.
Durant le Second Empire, il fit partie de l’opposition au régime et il est élu conseiller municipal de Clamecy en juillet 1865. Sous-préfet de l’arrondissement de Clamecy (septembre 1870-janvier 1871), il est maire de Clamecy à plusieurs reprises (1871-1874 ; 1876-1877 et 1878-1880) puis nommé receveur particulier des finances de l’arrondissement de Clamecy en février 1880. Cette même année, il est nommé président de la société savante appelée Société scientifique et artistique de Clamecy.
Ses deux fils, Gabriel (1854-1932) et Émile (1856-1911), feront de très belles carrières dans l’administration préfectorale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24979, notice ALAPETITE Ferdinand [ALAPETITE Marien, Ferdinand] par Michaël Boudard, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 28 juillet 2020.

Par Michaël Boudard

SOURCES : Arch. Dép. Indre : état civil de La Châtre. — Arch. Dép. Yonne : état civil de l’Yonne. — Arch. Dép. Nièvre : état civil et recensements de Clamecy ; M 515 et M 516 : élections municipales de Clamecy. — Journal de la Nièvre. — La République. — L’Union républicaine de la Nièvre. — Le Peuple, n° 2 du 25 mars 1838 et suivants ; la collection de la Bibliothèque nationale va du n° 1 daté de mars 1848 au n° 13 daté du 10 juin 1848 : Bibl. Nat. Lc 11/271. — René Surugue, Clamecy, 1925, p. 383. — Notes de B. de Gauléjac

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément