MEIMON Robert

Par Juliette Bessis

Né en 1915 à Tunis ; employé à la banque de Tunisie ; syndicaliste CGT, puis USTT et UGTT, secrétaire de l’UD-CGT puis de l’USTT ; militant communiste, membre du PCT, membre du comité central et du bureau politique du PCT.

Juif tunisien, Robert Meimon était employé à la banque de Tunisie. Syndicaliste CGT, il fut secrétaire du syndicat des Banques entre 1937 et 1938 ou 1939.

Militant communiste, il avait adhéré au PCT en 1936. À compter de 1940, il fut membre de sa direction clandestine et fut arrêté le 28 novembre 1941. Déporté au Kef puis transféré à Tunis pour interrogatoire, il fut condamné aux travaux forcés à perpétuité (chargé par Pauser) au procès de Bizerte du 28 février 1942. Le 14 novembre suivant, après le débarquement des forces de l’Axe, il fut libéré et reprit ses responsabilités au sein de la direction clandestine du parti jusqu’en mai 1943.

Après-guerre, Robert Meimon reprit ses activités syndicales. Élu secrétaire de l’UD-CGT au XVIIIe congrès de mars 1944, il fut réélu en avril 1945 (XIXe congrès) puis fut confirmé dans cette fonction au congrès constitutif de l’USTT en octobre 1946. Il demeura membre du secrétariat jusqu’à la dissolution de la centrale en 1956. Conformément aux directives syndicales, il rejoignit alors l’UGTT.

Robert Meimon occupa par la suite les fonctions de directeur de section à la banque de Tunisie, et ce, jusqu’à sa retraite. Toujours membre du PCT après la guerre, il siégea au comité central et au bureau politique du PCT.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article250156, notice MEIMON Robert par Juliette Bessis, version mise en ligne le 7 août 2022, dernière modification le 7 août 2022.

Par Juliette Bessis

SOURCE : Juliette Bessis, Les Fondateurs : index biographique des cadres syndicalistes de la Tunisie coloniale (1920-1956), Paris, L’Harmattan, 1985.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément