ALLIOT Jean

Né en 1823 à Garigny (Cher), mort à Saint-Léger-le-Petit (Cher) en 1893 ; ouvrier journalier à Précy (Cher).

Ouvrier journalier à Précy (Cher) en 1851, marié, père de quatre enfants, Jean Alliot fut très actif dans le rassemblement armé, républicain et populaire du Val de Loire, de La Charité-sur-Loire (Nièvre), à Sancerre (Cher), au mois d’octobre. Condamné en janvier 1852 par la Commission militaire à être transporté pendant six ans à Cayenne, pour « excitation à la guerre civile », et comme détenteur d’un « fusil chargé de poudre clandestine ». Certaines sources font également état d’une condamnation à la transportation en Algérie par la commission mixte du Cher. Voir François Baudelin.
Il devait mourir à Saint-Léger-le-Petit (Cher) en 1893.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article25064, notice ALLIOT Jean, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 5 février 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB30/399. — Arch. Dép. Cher, 25M108. — Notes de M. Pigenet. — Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Jean Alliot — Notes de Valentine Dumas.

Version imprimable Signaler un complément