DERLY Louis, André

Par Jean-Paul Nicolas

Né le 30 novembre 1896 à Lisors (Eure), disparu le 25 août 1944 depuis son arrestation à Lisors, son corps n’a jamais été retrouvé ; agriculteur ; résistant du maquis ORA de Mortemer à Lisors, homologué Forces française de l’Intérieur.

Croix des fusillés, détail
Croix des fusillés, détail
Photo JP Nicolas (2022)

Louis André Derly était né de Prosper Derly, garde particulier, et de Urseline,Francine Martelet, ménagère, son épouse.
Il naquit au domicile de ses parents situé au hameau de Mortemer à Lisors (Eure).
Il fut incorporé au 28e RI le 12 avril 1915 et passa au 156e RI le 15 juillet 1916.
Fait prisonnier le 2 juin 1918, il fut interné à Stendal et rapatrié le 18 janvier 1919.
Il fut rendu à la vie civile le 17 septembre 1919.
Il épousa Marcelle Louise Derobert le 16 juin 1932 à Lisors.
André Derly était agriculteur à Lisors. Il s’était engagé dans l’ORA en février 1944, sous les ordres de Jean Balmino.
À la suite des deux embuscades manquées des 23 et 24 août 1944 près de Mortemer, les Allemands, après avoir massacré six résistants du groupe ORA acteurs des embuscades, recherchaient au village de Lisors les autres membres du groupe ORA. André Derly fut arrêté à sa ferme du Coisel (ferme du rond-point avant Lisors) ainsi que André Beauclé, garagiste du village. Emmenés par les soldats allemands, on ne revit plus jamais les deux hommes. Un troisième homme disparut après qu’on l’ait vu pour la dernière fois, à bicyclette au village de Rosay, tenter d’échapper à son arrestation, il s’agit de Jean Balmino, chef du groupe ORA. André Derly est donc l’un des trois "disparus" du massacre de Mortemer.
L’acte de naissance du disparu André Derly comporte une mention marginale signalant un jugement déclaratif de son décès en date du 8 février 1947.
Il fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur et fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume par décret du 23 mars 1960 paru au JO du 27 mars 1960.
Le nom d’André Derly est gravé sur le monument de la Croix des fusillés de Mortemer situé à Lisors (Eure) aux côtés des noms des dix autres partisans de l’ORA, suivant le cas, fusillés, massacrés ou disparus du 23 et 25 août 1944. Le monument croix qui regroupe les onze hommes sous le vocable générique Morts pour la France est heureusement complété par un panneau explicatif précisant notamment l’identité des trois disparus de Mortemer.


Lieu d’exécutions et de mémoire : Lisors (Eure), La Croix des fusillés du maquis de Mortemer, 23-25 août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article251025, notice DERLY Louis, André par Jean-Paul Nicolas, version mise en ligne le 14 septembre 2022, dernière modification le 17 septembre 2022.

Par Jean-Paul Nicolas

André Derly
André Derly
Photo Site web du village de Rosay-sur-Lieure, Les martyrs de Mortemer.
La croix des onze morts pour la France de Mortemer.
La croix des onze morts pour la France de Mortemer.
Photo JP Nicolas (2022)
Croix des fusillés, détail
Croix des fusillés, détail
Photo JP Nicolas (2022)

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 442 907 (nc). — SHD Vincennes GR16 P 176898 (nc) homologué FFI. — Arch. Dép. Seine-Maritime, RMM, 1916, Rouen Sud, mat. 521. — Mémoire des hommes. — Mémorial Genweb : Eure : mémorial départemental des résistants morts pour la France. — Sites physique et internet de la Croix des fusillés du Maquis de Mortemer à Lisors (Eure), route de Lyons. Panneau explicatif. Musée de la Résistance en ligne.— La Croix des fusillés de Mortemer — État civil, acte de naissance n°17.

Version imprimable Signaler un complément