CORBIÈRES Auguste, Louis, Antoine

Par Louis Botella

Né le 14 avril 1922 à Armissan (Aude), mort le 25 octobre 2017 à Coursan (Aude) ; commis puis chef de bureau ; membre du bureau national et secrétaire de la section régionale Méditerranée de l’Union nationale des cadres et agents de maîtrise (UNCM) de 1958 à 1973 ; secrétaire général adjoint puis secrétaire général de l’Union Méditerranée (1961-1977) ; membre du bureau de la Fédération FO des cheminots (1967-1977).

Sa scolarité terminée au collège, Auguste Corbières s’engagea volontairement dans l’armée en 1941 au Maroc et fut démobilisé en octobre 1945. Il entra à la SNCF le 19 novembre 1945 comme homme d’équipe auxiliaire en gare de Narbonne (Aude). Ses problèmes de vue différèrent son admission au cadre permanent et l’empêchèrent de faire sa carrière dans la filière Mouvement. Nommé successivement facteur aux écritures en 1948 à Narbonne, commis, la même année, à Pezenas (Hérault) puis Béziers (Hérault) et Narbonne, commis principal en 1956 à Béziers, chef de bureau de gare en 1957 à Portes-les-Valence (Drôme) puis à Marseille (Bouches-du-Rhône), Nîmes (Gard) et retour à Marseille. Il termina sa carrière le 2 octobre 1977 comme chef de bureau principal.

Membre du conseil du syndicat CGT de Narbonne, il prit une part active à la création, le 12 janvier 1948, du syndicat FO de cette localité.

Au début des années 1950, lors de son retour à Narbonne, il fut élu délégué du personnel de la catégorie 10 (facteurs aux écritures, commis...) auprès du chef de l’arrondissement Exploitation de Béziers et représentant du personnel au comité mixte de la gare autonome de Narbonne. Sa nomination en 1956 au grade de commis principal à Béziers met fin à ces deux mandats (changement de catégorie et de résidence). Ses différentes pérégrinations professionnelles ne l’empêchèrent pas de militer sur le terrain.

Lors du congrès de l’Union nationale des cadres et agents de maîtrise (UNCM), en mars 1958, il fut élu au bureau national de cette structure et secrétaire de la section régionale Méditerranée. Il conserva ce mandat jusqu’au congrès de 1973.

Au cours du congrès de l’Union Méditerranée, les 11 et 12 avril 1961 à Valence, les syndicats l’élirent secrétaire général adjoint de cette union. Ce mandat fut renouvelé en mai 1964 en Avignon. Mais à la fin de la même année, il réintégra la SNCF à Nimes. En avril 1967, il fut élu secrétaire général de cette Union, en remplacement de Joseph Nadjari, partant en retraite. Il siégea au secrétariat fédéral de 1968 à 1977.

En retraite, il continua à militer au sein de la section des retraités du syndicat de Narbonne.

Mariés le 10 novembre 1945, son épouse, employée de banque, et lui eurent une fille, employée à la Sécurité sociale, et un fils, employé de banque.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article2511, notice CORBIÈRES Auguste, Louis, Antoine par Louis Botella, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 30 juin 2020.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Com. Narbonne. — Arch. Fédération CGT-FO des cheminots. — Le Rail syndicaliste, 1958-1964. — Notes de Noël Mazet. — Renseignements communiqués par Auguste Corbières. — Site Internet : deces.matchid.io.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément