REY Marcel, Jules, Jean, François

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 8 mai 1908 à Dijon (Côte-d’Or), mort en action le 19 août 1944 à Paris (IVe arr.) ; brigadier de police ; résistant du Front national FTPF de la police homologué FFI.

Plaque commémorative Marcel REY
Plaque commémorative Marcel REY
Stéphane PROTOIS photographie sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

Marcel Rey était le fils de Claude Rey, ajusteur, et de Eléonore Marmier, son épouse, blanchisseuse. Il était marié avec Jeanne Isabelle Rémond et domicilié 8 place de l’Hôtel-de-Ville, à Asnières aujourd’hui Asnières-sur-Seine (Seine, Hauts-de-Seine).
Il exerçait le métier de brigadier de police à la Préfecture de police.
Il entra dans la Résistance au Front national FTPF de la police, secteur FFI de l’Ïle-de-France, où ses services furent homologués à compter du 1er août 1944.
Le 19 août 1944, 2000 policiers en grève manifestent devant la Préfecture de police. À 8h30, ils réussissent à pénétrer dans la cour par une porte entrebâillée, munis de leur brassard FFI.
À 14h30, les Allemands envoyèrent des chars contre la Préfecture de police. Les policiers avaient installé quelques postes avancés pour prévenir les attaques. Plusieurs gardiens de la Paix furent tués à leur poste. Le gardien Francis Maurizot, 33 ans, tomba devant le 7, boulevard du Palais, les gardiens André Perrin, 29 ans, et Abel Paillot, 23 ans, sur le Parvis de la cathédrale Notre-Dame, le sous-brigadier René Vallée, 52 ans, fut découvert mortellement blessé dans un couloir du métro, le gardien Roger Savin, 20 ans, fut fait prisonnier et on retrouvera son corps dans le charnier de la caserne de la République.
Le brigadier Marcel Rey fut mortellement blessé sur la barricade Rue d’Arcole. Il décéda le 19 août 1944 à 21h15, à l’Hôtel-Dieu, 1 place du Parvis, à Paris (IVe arr.)
Il obtint la mention « Mort pour la France » par décision du Secrétariat général des Anciens combattants en date du 15 décembre 1945 et fut homologué soldat des forces françaises de l’intérieur (FFI).
Il fut élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur et décoré de la Croix de guerre 1939-1945 à titre posthume.
Son nom figure sur la plaque commémorative 1939-1945, située contre le mur de l’Hôtel Dieu, place du Parvis de Notre-Dame et la plaque commémorative de la Préfecture de police, à Paris (IVe arr.) et sur la plaque commémorative du musée de la Police, à Paris (Ve arr.)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article251620, notice REY Marcel, Jules, Jean, François par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 14 octobre 2022, dernière modification le 14 octobre 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

Plaque commémorative Marcel REY
Plaque commémorative Marcel REY
Stéphane PROTOIS photographie sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

SOURCES : Service historique de la Défense, AVCC, Caen, Cote AC 21 P 141741 (nc) et SHD, Vincennes, GR 16 P 507578 (nc), GR 19 P 75/62 page 3..— Site "La Libération de Paris Les policiers dans la bataille – 15 au 19 Août 1944.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de naissance n° 494 et de décès n° 1342)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable