RAPISSAT Jean, Jules

Par Michel Thébault

Né le 26 septembre 1843 à Banize (Creuse) ; maçon de la Creuse ; communard emprisonné.

Jean Rapissat était le fils de Pierre Rapissat tailleur de pierres, absent à la naissance de son fils, et de Geneviève Lefort, domiciliés au village de La Mouline, commune de Banize. Son père mourut le 7 juillet 1861 à 42 ans, et au recensement de 1866 Jean Rapissat célibataire âgé de 23 ans, maçon, résidait avec sa mère, veuve, au village de La Mouline. Au printemps 1871, âgé de 27 ans, il se trouvait à Paris, exerçant le métier de maçon, maçon de la Creuse, migrant saisonnier. Il résidait pour la saison des chantiers 61 rue Balagny (aujourd’hui rue Guy Môquet) dans le quartier des Épinettes (XVIIe arr.).
 
Il fut arrêté avec de très nombreux maçons limousins, lors de la Commune de Paris et envoyé en détention dans le secteur de Lorient dans l’attente d’être jugé, interné à la prison de Belle-Île-en-Mer, au Palais. Une ordonnance de non-lieu prise dans le port le 28 septembre 1871, entraîna sa libération après plusieurs mois d’emprisonnement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article251754, notice RAPISSAT Jean, Jules par Michel Thébault, version mise en ligne le 21 octobre 2022, dernière modification le 21 octobre 2022.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Creuse (état civil, recensement) — Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880), base des communards, site internet. — Stéphane Trayaud Oubliés de l’Histoire, les Limousins de la Commune de Paris Mon Petit Éditeur 2012.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable