MOURRE Xavier alias Robert Clément alias Xavier Signond

Par Éric Panthou

Né le 11 novembre 1938 ; membre du Parti socialiste autonome (PSA) ; militant trotskiste, responsable du travail jeune du groupe La Vérité en 1964 ; membre du Bureau politique de l’Organisation communiste internationaliste (OCI) en 1968 ; responsable de la commission internationale en 1980.

En décembre 1959, Jean-Jacques Marie et quatre autres cadres des Jeunesses socialistes autonomes (JSA), Pierre Levasseur, Xavier Mourre, André Mutter et Charles Lantigny rejoignent le groupe La Vérité. Xavier Mourre venait de s’engager quelques semaines plus tôt au sein des JSA. Il collaborait à Correspondances Socialistes sous titré « organe mensuel de l’internationalisme militant », une revue fondée en avril 1960 par les lambertistes pour regrouper les éléments socialistes du Parti Socialiste Unifié (PSU) autour d’un programme de classe. Au printemps 1961, il étudiait l’économie en Belgique où il était entré en contact étroit avec le mouvement ouvrier, et en particulier avec le mouvement de jeunesse socialiste, Jeunes Gardes Socialistes.
Revenu en France, il devint responsable du "travail jeunes" au sein du groupe La Vérité, remplaçant Jean Ribes à l’issue d’une conférence spécifique en septembre 1964. C’est lui qui en 1963 avait contribuer au recrutement de Charles Stobnicer, alias Charles Berg, en dirigeant l’un des deux Groupes d’études révolutionnaires (GER), cycles de formation préalable à la cooptation d’un sympathisant à l’organisation.
Durant ces années, Xavier Mourre, aux cotés de Daniel Renard, François de Massot faisait partie des rédacteurs d’articles pour l’organe du groupe La Vérité, Pierre Lambert en signant la majorité. L’organisation comptait 135 membres en 1962, une période où elle commence à recruter dans la jeunesse notamment grâce à l’essor de ces Groupes d’études révolutionnaires (GER). Xavier Mourre, outre son travail dans la jeunesse, s’occupait plus particulièrement de l’intervention dans la CGT. Selon Charles Stobnicer, Xavier Mourre était "parfait pour appliquer l’orientation ; en retrait, quand il fallait l’élaborer." Il a néanmoins signé plusieurs articles dans La Vérité, l’organe théorique de l’OCI, sous son pseudonyme, de 1968 à 1979. On ne trouve plus trace de lui dans cette revue après cette date.
Le 10 juin 1968, toujours selon le témoignage de Charles Stobnicer, Stéphane Just, François de Massot et Xavier Mourre alias Clément avaient imposé au Bureau politique de l’OCI la consigne de concentrer les forces jeunes de l’organisation sur la préparation de la grève générale plutôt qu’à l’affrontement avec les forces de l’ordre. Bien qu’en désaccord avec cette position, Charles Berg et Jacques Lombard, membres du Comité central, ainsi que Claude Chisserey, du Bureau politique, appliquèrent cette décision. C’est Claude Chisserey qui a alors pris la parole pour appeler à quitter le quartier latin, à militer pour la grève générale. Les adversaires de l’OCI n’ont pas manqué de stigmatiser ce qu’ils qualifiaient de « trahison » et qui a effectivement fragilisé les militants trotskistes les semaines et mois suivants. Charles Berg, Claude Chisserey, Jacques Lombard et Christian de Bresson eurent ensuite la volonté de débattre de cette erreur. Pierre Lambert les réunit pour les alerter sur le fait qu’un tel débat immédiat porterait un coup mortel à l’organisation, fragilisant grandement ceux qui avaient pesé pour le retrait des barricades.
Issu d’un milieu aisé, Xavier Mourre aida financièrement l’OCI à acheter l’imprimerie Abexpress, implantée à quelques dizaines de mètres du local de l’OCI acquis en 1969, au 87 de la rue du Faubourg-Saint-Denis.
Au début des années 70, Xavier Mourre alias Clément faisait partie des dirigeants de l’OCI élaborant la politique des trotskistes du CORQI en Amérique du sud, aux côtés de François de Massot alias François Forgue, Stéphane Just et [François Chesnais>251932], ce dernier étant chargé d’assurer les liaisons avec les différents groupes d’Amérique du sud. En 1980, Robert Clément, qu’on appelait aussi « le grand » à cause de sa taille, était responsable de la commission internationale de l’OCI. Il apparaissait alors comme très dépendant de Pierre Lambert.
Selon la thèse de Jean Hentzgen, Xavier Mourre serait toujours trotskiste. En 2019, il était à la tête d’une société de conseils en management et marketing, à Paris.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article251986, notice MOURRE Xavier alias Robert Clément alias Xavier Signond par Éric Panthou, version mise en ligne le 9 novembre 2022, dernière modification le 23 novembre 2022.

Par Éric Panthou

Robert Clément, "Le bonapartisne gaulliste et les tâches de l’avant-garde", La Vérité, n°540, février 1968.
Robert Clément, "Italie : crise politique crise de 1’Etat, crise révolutionnaire", La Vérité, n°573, septembre 1976.
Robert Clément, Andreotti-Berlinguer et la révolution montante, La Vérité, n°577, juin 1977.
Robert Clément, "Après la Conférence européenne des 27,28,29 janvier 1979 : premiers enseignements", La Vérité, n°586, avril 1979.
Robert Clément, "La Conférence nationale de la LWR d’Irlande", La Vérité, n°587, juin 1979.
Robert Clément, Pour la reconstruction de la IVème Internationale : quelques tâches d’aujourd’hui, La Vérité, n°588, septembre 1979.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable