MASSON Tony, Paul

Par André Vessot

Né le 26 juin 1906 à Lyon VIe arr. (Rhône), mort le 27 novembre 2002 à Lyon Ve arr. ; employé ; syndicaliste CFTC du Rhône.

Second fils de Louis, Maurice Masson, papetier, et de Julie, Françoise, Hippolyne Jamet. Tony Masson n’avait que trois ans lorsque sa mère décéda le 6 mai 1909. Son père se remaria avec Marie Françoise, Fannie Berthelet. Ses parents eurent quatre autres enfants et résidèrent à Lyon d’abord dans le quartier de Vaise où Tony Masson fit ses études primaires, puis dans le quartier de la presqu’île. Il poursuivit ses études au cours de tissage de l’École de la Salle dans le quartier de la Croix-Rousse.

Il fut embauché comme employé de soierie par la maison Makovier. Il adhéra en 1925 à l’Union syndicale des employés de la région lyonnaise (USERL), affiliée à la CFTC dont Marius Gonin et Clément Court avaient été les fondateurs.

Le 15 novembre 1926 il partit faire son service militaire au 38e régiment d’Infanterie jusqu’au 16 avril 1928, il termina comme sergent fourrier.

Dès 1930 il fit partie du conseil, puis du bureau et il fut l’un des organisateurs avec André et Eugène Janier de la fête annuelle de l’USERL. Il fut successivement secrétaire général adjoint de cette union en novembre 1933, détaché comme permanent en janvier 1938 puis secrétaire général en février 1939.

La loi du 24 juin 1936 sur les conventions collective fut l’un des acquis majeurs du Front populaire. Il participa aux négociations de la plupart des conventions collectives des employés de la région lyonnaise et se dépensa pour la défense des adhérents.

Du fait de la déclaration de guerre Tony Masson fut rappelé sous les drapeaux du 27 août 1939 au 25 juillet 1940, au cours de cette période il fut nommé au grade d’adjudant.

En 1943 il prit part à Paris au congrès de la Fédération des employés CFTC qui était favorable à la participation au syndicat unique prônée par la charte du travail du gouvernement de Vichy. Il y défendit la position inverse, celle définie le 27 juin 1943 par le Comité interrégional de liaison des organisations syndicales chrétiennes de la zone sud : « Le syndicalisme chrétien dans son entier quelle que soit la position ou tactique adoptée précédemment, s’abstiendra de toute participation à la mise en place des syndicats uniques et à leur fonctionnement. »

En 1945 il participa à la fondation de « Coopélyon » qui rendit beaucoup de service dans la période de dénuement qui suivit la Libération. Il participa aux bureaux de l’Union départementale CFTC de décembre 1945 à avril 1946. Il fut élu président de l’USERL en 1948 et trésorier en 1949.

En 1952 il reçut la médaille des syndicats professionnels pour ses vingt-sept ans au service de la CFTC.

Après le congrès de déconfessionnalisation en 1964 Tony Masson resta à la CFTC maintenue et continua de militer en tenant les permanences des retraités.

En 1999 il participa avec Jacques Tessier à la rédaction de l’ouvrage de Carole Saudejaud sur le syndicalisme chrétien sous l’occupation mentionnant en avant-propos : « Je me rappelle ma visite le 27 juillet 1944, place Bellecour, à Lyon, pour me recueillir devant les cinq camarades extraits de Montluc le matin puis fusillés sur la place. Parmi eux se trouvait Francis Chirat, membre de notre syndicat des employés, section banques. Avec lui se trouvait également son ami Gilbert Dru, un étudiant qui œuvrait avec la CFTC à Lyon. La place Bellecour était déserte ; qui aurait osé s’y promener ? »

Tony Masson s‘était marié le 5 juin 1941 à Lyon IIe arr. avec Marie Thérèse Moine. Ils eurent six enfants.

Ses funérailles religieuses furent célébrées en l’église Saint-Irénée à Lyon Ve arr.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252347, notice MASSON Tony, Paul par André Vessot, version mise en ligne le 17 novembre 2022, dernière modification le 17 novembre 2022.

Par André Vessot

SOURCES : BNF Gallica, L’Employé, organe du Syndicat des employés du Commerce et de l’Industrie (SECI) et de la Fédération française des syndicats d’employés catholiques puis de la Fédération française des syndicats chrétiens d’employés, novembre 1931, novembre 1933, juillet 1934, novembre 1935, janvier 1938, février 1939 ; La voix sociale du sud-est, n° 382 janvier 1948, n° 411 septembre 1949, n° 438 avril 1952. — Arch. dép. du Rhône, fonds UD CFDT, recensements, fiche matricule militaire. — Arch. municipales de Lyon, Etat-civil. — Lectura plus Auvergne Rhône-Alpes, Le Salut Public, 12 novembre 1930, 12 octobre 1931, 20 octobre 1938 — Arch. Alexis Delorme, Bureau de l’UD CFTC du 17 mars 1937. — Arch. confédérales CFDT. — Carole Saudejaud, Le syndicalisme chrétien sous l’occupation, Perrin, 1999. — Informations fournies par Jean-Paul Masson, fils aîné de Tony Masson, 2020. — Informations communiquées par Marie-Noëlle Nourry épouse Duchamp, nièce de Tony Masson. — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément