DAVID Alain, Jean, François

Par Jacques Girault

Né le 29 décembre 1942 à Saint-Thois (Finistère), mort le 18 mars 2021 à Nantes (Loire-Atlantique) ; instituteur puis PEGC ; militant communiste dans le Finistère ; adjoint au maire de Morlaix (Finistère).

Alain David, Annie Le Calvez, Michel Derrien

Son père Jacques, Joseph David, cultivateur, devenu boulanger-pâtissier à Angers (Maine-et-Loire) jusqu’à la guerre, avait repris le métier de cultivateur dans le hameau de Kerven à Saint-Thois. Sa mère, née Anne, Marie Lozac’h, était sans profession. Ses parents, aux idées de gauche et non croyants, et leurs deux enfants, vinrent habiter à Morlaix (Finistère) en 1946, où sa mère, lavandière, servait aussi dans un restaurant. Après son décès en 1952, ses deux plus jeunes enfants furent placés en nourrice. Son mari (indiqué « ouvrier menuisier » selon les états civils) travaillait chez un marchand de bois en gros de Morlaix. Alain David resta avec son père, proche des communistes locaux.

Roger Prat, instituteur et directeur de l’école primaire du Poan Ben, décida son père à l’inscrire au CEG d’Huelgoat, afin de préparer le concours de l’École normale d’instituteurs de Quimper qu’il obtint en 1959. Il participa, aux côtés des jeunes communistes, aux actions pour la fin de la guerre d’Algérie. Après le décès de son père, il se sentit responsable de l’éducation de ses frères et de sa sœur recueillis dans la famille.

Lors de son service militaire à La Lande d’Ouée près de Rennes (Ille-et-Vilaine), au cours d’un stage commando dans les Ardennes, Alain David rencontra sa future épouse, Monique, Paulette, Ghislaine Baret, fille d’un employé des chemins de fer, native de Hierges (Ardennes). Ils se marièrent à l’église, le 28 décembre 1965 à Hierges. Employée de mairie dans une petite commune des Ardennes, elle cessa de travailler par la suite. Le couple eut trois garçons.

Nommé instituteur au collège de Saint-Martin-des-Champs (Finistère), Alain David enseignait en classe de transition. II devint PEGC (section XIII) chargé de l’enseignement de la technologie, au collège du Château à Morlaix, jusqu’à sa retraite en 1997.

À Morlaix, il adhéra au Parti communiste français pendant les mouvements de mai-juin 1968. Il devint un des responsables communistes de Morlaix puis exerça la responsabilité de secrétaire de la section communiste après son ami, l’instituteur Michel Derrien. Après avoir suivi une école fédérale au Guilvinec en 1970, il entra au comité de la fédération communiste du Nord-Finistère, puis à son secrétariat. À la suite de sa fusion en 1986 avec la fédération du Sud-Finistère, il conserva ces responsabilités (formation des militants et des élus) au secrétariat fédéral jusqu’en 2000. Il dirigea les écoles fédérales d’une semaine en 1987, 1989, 1991 et 1992. Entre 2011 et 2016, il fut très impliqué dans l’animation du Front de Gauche dans le département. Membre du comité fédéral jusqu’en 2015, il fut chargé d’organiser un atelier citoyen sur les questions de santé.

Alain David, candidat aux élections municipales de Morlaix sur des listes d’union de la gauche à direction socialiste, effectua quatre mandats dans la majorité (1977 à 1989, le maire étant Jean-Jacques Cléac’h ; de 1995 à 2008, la maire étant Marylise Lebranchu de 1995 à 1997, puis Michel Le Goff de 1997 à 2008) et entre temps un mandat dans l’opposition (1989-1995, le maire étant l’UDF Arnaud Cazin d’Honincthun).

Pendant les deux premiers mandats, adjoint au maire, délégué aux écoles et aux affaires scolaires, il fut à l’origine de l’instauration de tarifs dégressifs dans les cantines, de la création de centres de loisirs et de l’école expérimentale de Kerfraval. Pendant les deux autres mandats, délégué à l’urbanisme, il initia la construction de lotissements sociaux.

Alain David fut candidat à plusieurs élections cantonales, régionales et nationales. Aux élections législatives de 1978, dans la 4e circonscription (Morlaix 1), avec comme suppléant Alphonse Penven, ancien député et maire d’Huelgoat ; sur 62 523 inscrits, il obtint 9 185 voix et son désistement assura la victoire de justesse de la candidate socialiste, Marie Jacq, sur le sortant de droite.

Alain David, personnalité forte et appréciée de Morlaix, collaborait à la presse communiste locale Le Viaduc. Il avait dirigé Le Chiffon rouge créé en 1971 et devenu blog politique. Il collaborait en outre au journal de la section communiste et fut correspondant de l’Humanité. Il s’impliqua aussi dans l’association pour un jumelage Morlaix-Wavel, un camp palestinien du Liban. Il reçut en mai 2008 un diplôme d’honneur pour sa contribution à la sauvegarde du patrimoine historique.

Il créa et présida pendant seize ans l’association MAJ (Morlaix Animation Jeunesse) dédiée à l’animation sociale pour la jeunesse.

Son épouse travailla comme secrétaire dans une entreprise textile de Saint-Martin-des-Champs puis comme sténodactylo au journal Le Télégramme, avant d’être employée salariée au siège de l’Union locale CGT de Morlaix. Elle fut membre élue pendant trois mandats au conseil de Prud’hommes.

Lors du décès de Michel Derrien*, ancien instituteur et secrétaire de la section communiste, le 31 décembre 2020, il rappelait des aspects du PCF à Morlaix. Très impliqué dans la vie de la section, il conseillait les nouveaux élus communistes en juin 2020 de la municipalité d’union de la gauche à direction socialiste.

À la suite d’un accident domestique, transféré à l’hôpital de Nantes, il y décéda. Dans son carnet, l’Humanité, le 22 mars 2021, annonçait qu’un hommage lui serait rendu au crématorium de Saint-Thégonnec, le 23 mars.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252368, notice DAVID Alain, Jean, François par Jacques Girault, version mise en ligne le 27 novembre 2022, dernière modification le 1er décembre 2022.

Par Jacques Girault

Alain David, Annie Le Calvez, Michel Derrien
Dessin Christophe Ducourant

SOURCES : Documents sur l’intéressé et sur le PCF à Morlaix transmis par Jean-Claude David son frère et Ismaël Dupont. — Divers sites Internet, Ouest-France, Le Télégramme, Le Chiffon rouge, l’Humanité. — Divers témoignages oraux.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément