LATOUR Éloi, Franc

Par Dominique Tantin

Né le 29 décembre 1909 à Ambrus (Lot-et-Garonne), exécuté sommairement le 23 juillet 1944 à Sainte-Maure-de-Peyriac (Lot-et-Garonne) ; charpentier ; résistant de l’Armée secrète (AS).

Stèle commémorative à Sainte-Maure-de-Peyriac (Lot-et-Garonne)
Stèle commémorative à Sainte-Maure-de-Peyriac (Lot-et-Garonne)
Crédit : MémorialGenWeb.

Éloi Franc (et non Franck) Latour était le fils de Pierre-Fernand, propriétaire exploitant, alors âgé de 31 ans, et de son épouse Jeanne née Despeyroux, cultivatrice, âgée de 21 ans. Le 2 avril 1932, à Houeillès (Lot-et-Garonne), il épousa Georgette Lausset. Résidant à Ambrus avec ses parents, il exerçait la profession de charpentier.
Éloi Latour rejoignit les maquisards d’Ambrus du Groupe Max, lequel était rattaché au bataillon Néracais (de Nérac, sous-préfecture du Lot-et-Garonne) commandé par Gabriel Lapeyrusse, alias Colonel Gabriel (1907-1966), du mouvement Combat.
Le 8 juillet au petit matin, le groupe Max (Bataillon de Nérac, Armée secrète) fut surpris par l’attaque d’un détachement de Waffen-SS de la 2e Panzerdivision Das Reich. Le gros des maquisards parvint à se replier, mais deux maquisards furent capturés, André Moutinard et Gilles Palassin et immédiatement exécutés. Jules Cousin et Éloi Latour, grièvement blessés, furent transportés par le maquis à l’hôpital de Nérac. Le 20 juillet 1944, il furent enlevés à l’hôpital par les Allemands avec Livio Mollichella, blessé le 30 juin, et les trois hommes furent abattus le 23 au lieu-dit « Cros-Lamarque » sur la route de Sainte-Maure-de-Peyriac à Sos.
Éloi Latour obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué FFI et interné résistant. La Médaille de la Résistance lui fut décernée à titre posthume par décret en date du 17 janvier 1962 (JO du 20 janvier 1962). Son nom est inscrit avec ceux de ses deux camarades sur une stèle commémorative à Sainte-Maure-de-Peyriac où ils sont tous les trois inhumés dans une tombe collective dans le cimetière communal. Il semble qu’il y ait eu un temps confusion sur la date et le lieu de son exécution puisqu’un Latour Franck (sic) est inscrit sur une stèle érigée à Ambrus au bord de la D8, route de Houeillès, stèle sur laquelle sont gravés les noms de André Moutinard et Gilles Palassin, ces derniers effectivement tués à cet endroit le 8 juillet 1944.


Voir Sainte-Maure-de-Peyriac (Lot-et-Garonne), 21 et 23 juillet 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252436, notice LATOUR Éloi, Franc par Dominique Tantin , version mise en ligne le 22 novembre 2022, dernière modification le 25 novembre 2022.

Par Dominique Tantin

Stèle commémorative à Sainte-Maure-de-Peyriac (Lot-et-Garonne)
Stèle commémorative à Sainte-Maure-de-Peyriac (Lot-et-Garonne)
Crédit : MémorialGenWeb.
Stèle commémorative à Ambrus...
Stèle commémorative à Ambrus...
Crédit : Geneanet
... stèle comportant une triple erreur : Latour se prénomme Éloi Franc et non Franck ; il a été exécuté le 23 juillet à Sainte-Maure-de-Peyriac et non le 8 à Ambrus
... stèle comportant une triple erreur : Latour se prénomme Éloi Franc et non Franck ; il a été exécuté le 23 juillet à Sainte-Maure-de-Peyriac et non le 8 à Ambrus
Crédit : Geneanet

SOURCES : Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 341143 et Caen SHD/ AC 21 P 586822 (nc). — François Frimaudeau, L’accrochage d’Ambrus, in La Résistance en Lot-et-Garonne, CD-Rom AERI, 2011. — Mémoire des Hommes. — MémorialGenWeb. — Geneanet. — Archives dép. du Lot-et-Garonne en ligne.

Version imprimable Signaler un complément