GANNIER Nicolas dit Alexandre

Par Michaël Boudard

Né le 10 juillet 1819 à Clamecy (Nièvre) et mort le 25 mai 1888 à Chevroches (Nièvre) ; maître carrier à Chevroches ; proscrit du 2 décembre 1851 ; maire de Chevroches (1881-1888) et conseiller d’arrondissement de Clamecy (1878-1886).

Fils d’un tailleur de pierres de Clamecy (Nièvre) devenu entrepreneur de travaux publics à Chevroches (Nièvre), Alexandre Gannier travaillait avec son père lorsqu’il se maria à Trucy-l’Orgueilleux (Nièvre) en 1844.
À la suite de la résistance au coup d’État du 2 décembre 1851 dans Clamecy et sa région, Alexandre Gannier fut arrêté et condamné à être transporté en Afrique. Le jeudi 18 mars 1852, avec 338 autres condamnés, il quitta Clamecy en direction d’Auxerre (Yonne) pour aller prendre le chemin de fer qui le conduisit au fort d’Ivry avant son départ pour l’Afrique.
En janvier 1853, il rentra en France, par le port de Sète (Hérault), et fut interné à Montereau (Seine-et-Marne) avant d’être autorisé à rentrer dans la Nièvre le 28 février 1854 : il reprit alors son métier à Chevroches.
Dans la décennie 1860, Alexandre Gannier dut poursuivre son militantisme républicain car, dès septembre 1870, il fut nommé par les nouvelles autorités préfectorales maire de Chevroches dont il fut ensuite élu conseiller municipal le 30 avril 1871. D’octobre 1876 à janvier 1881, il fut élu adjoint avant d’être maire jusqu’en mai 1888.
Alexandre Gannier fut également élu au Conseil d’arrondissement de Clamecy (canton de Clamecy) à partir de mars 1878. Mais, lors du choix du candidat républicain pour cette élection, Alexandre Gannier était en concurrence avec Émile Rolland, père du futur écrivain et prix Nobel de littérature, Romain Rolland. Alexandre Gannier, qui représentait l’aile radicale du « parti républicain » l’emporta sur Émile Rolland, représentant l’aile modéré, par 35 voix contre 34. Ce dernier s’inclina mais, le jour du scrutin, si Gannier rassembla 1 328 voix, Rolland en recueillit tout de même 581, signe que la candidature de Gannier ne faisait pas l’unanimité parmi les électeurs du canton de Clamecy.
À l’été 1881, alors qu’un Comité était créé à Clamecy pour aider les victimes du 2 décembre 1851 à faire valoir leurs droits à la suite de la loi dite de réparation nationale, Alexandre Gannier fut choisi comme membre correspondant pour la commune de Chevroches. Quelques semaines plus tard, il fut élu pour représenter les proscrits de l’arrondissement de Clamecy au sein de la Commission départementale siégeant à Nevers chargée d’attribuer les indemnités aux anciens proscrits de 1851.
En 1884, Alexandre Gannier était président du Comité chargé de l’érection d’un monument à Clamecy en hommage aux victimes de décembre 1851. Il côtoyait Edmond Graillot qui eut un rôle majeur dans la réalisation de ce projet. Le 21 septembre, le monument appelé la Colonne, élevé sur la butte du Crot-Pinçon (au lieu-dit Les Chaumes), était inauguré en présence notamment des députés de la Nièvre Ferdinand Gambon, Jean Turigny et Sylvestre Hérisson, du sénateur de la Nièvre Alfred Massé, de Félix Pyat et de Georges Tillier.
En juillet 1886, Alexandre Gannier ne sollicita pas le renouvellement de son mandat de conseiller d’arrondissement, du fait de son âge et des infirmités contractées lors de son séjour en Afrique. En mars 1887, il quitta la direction de la carrière de Chevroches dont il était propriétaire « pour les louer à une société d’ouvriers carriers, les nommés Roblin Pierre, Beaufils Adrien et Cie ».
Début mai 1888, Alexandre Gannier se retira de la vie publique en quittant la mairie de Chevroches : quelques jours plus tard, il s’éteignit dans sa 69ème année.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252437, notice GANNIER Nicolas dit Alexandre par Michaël Boudard, version mise en ligne le 22 novembre 2022, dernière modification le 22 novembre 2022.

Par Michaël Boudard

SOURCES : Arch. Dép. Nièvre : état civil de Clamecy, de Trucy-l’Orgueilleux et de Chevroches ; M 384 : élections aux Conseils général et d’arrondissement (1875-1878) ; M 509 : élections municipales de Chevroches ; M 1652 : coup d’État de 1851 ; 3 Q 7 : enregistrement de Clamecy ; journaux La République, Le Patriote du Centre, Journal de la Nièvre, Journal de Clamecy et L’Écho de Clamecy.
Site Internet : L[IR3S - UMR 7366 - Base de données (u-bourgogne.fr)]

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément