DECOURT Émile, Lucien

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 28 décembre 1918 à Herry (Cher), massacré le 7 août 1944 à Solterre (Loiret) ; agent de police auxiliaire ; victime civile.

Émile, Lucien Decourt était le fils d’Émile Decourt, cultivateur, et d’Albertine Donner, son épouse.
Il naquit au domicile de ses parents, au lieu-dit "Champalay" à Herry (Cher).
Il épousa Raymonde, Madeleine Bouvier le 4 octobre 1943 à Montargis (Loiret).
Il était agent de police auxiliaire à Montargis où il résidait, 2 rue du Pont-Neuf.
Réfractaire au STO, il trouva refuge dans la ferme de François Meert.
Le 7 août 1944, les maquisards de Lorris avaient pour mission de capturer le Feldkommandant d’Orléans, von Uckermann, commandant toutes les forces d’occupation de la région qui se rendait régulièrement au château de Solterre (Loiret). Au matin, les maquisards prirent place au château. Les officiers se placèrent à l’intérieur et le reste du groupe s’installa dans la grange. L’officier devait être capturé vivant mais les choses ne se passèrent pas comme prévu.
À 14 heures, le Feldkommandant arriva, escorté de ses hommes. Il était armé et les maquisards n’eurent d’autre choix que de l’abattre avant qu’il ouvre lui-même le feu. De nombreux soldats allemands furent tués tandis que les maquisards se replièrent sans aucune perte.
Les représailles furent sanglantes. Un détachement du régiment de sécurité 1010 cantonné au château de Praslins arriva rapidement sur place. La ferme de François Meert fut incendiée et les trois jeunes réfractaires qu’il employait parmi lesquels Émile Decourt furent abattus d’une rafale de mitraillette sans autre forme de procès.
Leurs obsèques se déroulèrent le 7 septembre et ils furent inhumés au cimetière communal, à Solterre.
Le 7 septembre François Meert fut pris dans un piège qui lui avait été tendu par une équipe de collaborateurs et fut abattu d’une rafale dans le dos. Grièvement blessé, il décéda à son arrivée à l’hôpital de Montargis.
Le nom d’Émile Decourt figure sur le monument aux morts et la plaque commémorative, à Solterre et sur une des plaques commémoratives de l’église Sainte-Madeleine, à Montargis.
Une rue de cette ville porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252472, notice DECOURT Émile, Lucien par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 25 novembre 2022, dernière modification le 25 novembre 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, AVCC, Caen, Cote AC 21 P 331737 (nc).— Site LE MAQUIS DE LORRIS - L’affaire Solterre.—" La République du Centre" Solterre a rendu hommage aux fusillés de 1944.— Mémoire des Hommes (victimes civiles).— Mémorial Genweb. — Bulletin de la société d’émulation de l’arrondissement de Montargis, p. 6 et 7, avec extrait de l’acte de décès, 1er décembre 1977 (Gallica).— État civil, acte de naissance n° 35.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément