SIMPSON Edward, Kingsbury

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né en 1922 à New Orange (New Jersey, USA), mort au combat le 14 août 1944 à Ouzouer-sur-Loire (Loiret) ; militaire ; résistant FFI.

Edward Simpson était capitaine pilote au 363e escadron de chasse du 357e groupe de chasse avec le grade de capitaine des Forces aériennes américaines.
Son avion de chasse fut abattu le 10 août 1944 au sud de la Loire à plusieurs kilomètres de la cachette forestière du maquis de Lorris (Loiret).
Juste après son atterrissage, il avait été contacté par deux résistants qui revenaient de porter des messages au colonel Marc O’Neill, commandant du maquis dans quatre districts de France, qui se trouvait alors près d’Orléans (Loiret).
Il rejoignit ainsi le maquis dans la forêt tard dans la soirée du 10 août. Les forces alliées étaient à quelques kilomètres d’Orléans et les maquisards attendaient l’ordre de
sortir des bois et de rejoindre d’autres unités du maquis dans la poussée vers Paris.
Les chefs du maquis ne prirent pas le risque d’essayer de ramener Simpson aux forces américaines et lui suggérèrent de rester avec eux jusqu’au moment où toute l’unité percerait la division allemande de Panzer entourant la forêt.
Le 14 août 1944, le régiment allemand de sécurité 1010 lança un violent assaut contre le maquis de Lorris au Carrefour d’Orléans. Lorsque l’attaque commença le capitaine Simpson assistait à un service funèbre pour neuf membres du maquis qui avaient été tués au combat le 12 août.
Plusieurs combattants de la liberté tombèrent lorsque qu’une patrouille allemande ouvrit le feu mais le groupe bien armé chassa l’ennemi. Sachant que leur cachette avait été découverte, les résistants au nombre de 200 à 300 décidèrent que le moment était venu de s’échapper des bois et de rejoindre les forces alliées près d’Orléans.
Sortant précipitamment du camp qu’ils occupaient depuis plusieurs mois, ils se précipitèrent à travers les bois vers leur parc automobile. La plupart de leurs véhicules avaient été capturés aux Allemands.
Edward Simpson trouva une place sur le dernier camion du convoi alors qu’il sortait de son abri et dévalait l’un des sentiers étroits de la forêt menant à la route d’Orléans.
Au moment où les véhicules du maquis s’engageaient sur la route, ils furent repérés par une colonne allemande composée de camions et de voitures blindées. Les Allemands poursuivirent le convoi du maquis et s’en rapprochèrent rapidement.
Conscient que la colonne allemande devait être arrêtée, l’un des Français à bord du camion avec Simpson demanda au chauffeur de ralentir et prit une mitrailleuse lourde.
Tandis que le camion ralentissait, Simpson et cinq des Français en descendirent en sautant et installèrent la mitrailleuse au centre de la route pendant qu’il s’éloignait. Les six hommes avaient certainement compris qu’ils ne pouvaient pas échapper à la mort, car le point où ils avaient établi leur barrage routier était plat et sans aucune couverture de protection.

L’action finale que ces hommes menèrent fut brève, mais réussie. Leur première rafale de mitrailleuse arrêta le véhicule allemand de tête et bloqua la route puis ils continuèrent à tirer jusqu’à ce que tous les six soient morts.

Le temps gagné était suffisant et avant que la route soit dégagée par l’ennemi, le convoi du maquis roulait vers Orléans se mettant hors de portée des Allemands.

« J’étais avec mon mari quand le convoi est arrivé », se souvient Madame O’Neill. « Quand il a demandé un rapport sur l’action, tout ce dont nous avons entendu parler pendant près de 15 minutes était le récit de la bravoure de six hommes - en particulier l’anglophone ».
Elle a poursuivi : « Nos soldats ont été tellement impressionnés par le fait que Simpson a donné sa vie pour eux même s’il n’y était pas obligé et qu’il ne connaissait même pas ceux avec qui il est mort ».
Les actions du capitaine Simpson ont tellement impressionné les habitants d’Ouzouer-sur-Loire, un village à quelques mètres de l’endroit où il est mort, qu’ils ont collecté suffisamment d’argent pour construire un petit monument sur les lieux du barrage routier. Beaucoup de villageois étaient membres du maquis pendant la guerre.
Le monument répertorie les noms des six hommes qui y ont été tués.
Le nom de Simpson apparaît également sur un grand monument dédié à tous les Maquis. Ce deuxième mémorial situé sur un cercle au centre de la forêt, est inscrit avec les noms de ceux qui ont perdu la vie lors des âpres combats dans le bois en août 1944.
Pendant longtemps, les Américains ont cru qu’il avait été tué au combat le 10 août 1944.
Le 31 mars 1960, la section des blessés du bureau de l’adjudant général a écrit au chef de la branche des services du personnel, relatant les faits et ajoutant que le numéro du 25 novembre 1959 du journal Stars and Stripes contenait un article détaillé sur l’action au cours de laquelle Simpson est mort, intitulé "The Dead Yank of Orleans Forest".
Après avoir pris connaissance de ces coupures de presse, le centre des archives de l’armée à Saint-Louis les a envoyées à la division des accidents pour enquête, qui à son tour les a transmises au général commandant de la zone de communication de l’armée américaine en Europe, demandant des déclarations sous serment aux témoins. à l’événement.
Bien que deux personnes aient été trouvées au courant de l’événement, aucune n’en avait été témoin. La lettre conclut : « Il n’est pas possible d’obtenir un témoignage oculaire sur la mort du capitaine Simpson. Cependant, au vu des informations officielles contenues dans le dossier AG 201 (rapport d’inhumation et rapport de l’officier du renseignement et dossier à la mairie), il ne fait aucun doute que le capitaine Simpson a été tué au combat le 14 août 1944. Bien que chaque détail des circonstances entourant le capitaine Simpson’s ne peut pas être vérifiée par une déclaration de témoin oculaire, l’information est confirmée, en partie, par les documents officiels et il n’y a aucune raison de mettre en doute l’authenticité de l’information contenue dans l’article de journal. Il est recommandé qu’un rapport de décès soit émis indiquant que le capitaine Edward K. Simpson a été tué au combat le 14 août »
Edward Simpson fut d’abord inhumé au cimetière communal d’Ouzouer-sur-Loire. Il repose aujourd’hui dans le terrain UN ligne 45, tombe 21, au cimetière américain d’Épinal, à Dinozé (Vosges).
Il était titulaire de la Distinguished Flying Cross avec Oak Leaf Cluster, de l’Air Medal avec 4 Oak Leaf Clusters et du Purple Heart.
Nous ignorons s’il obtint la mention "Mort pour la France".
Son nom figure sur la plaque commémorative des FFI du Loiret, dans le musée départemental de la Résistance, sur la stèle commémorative 1939-1945, les cénotaphes du maquis de Lorris avec l’orthographe SIMSON, à Lorris (Loiret), sur la stèle commémorative au maquis de Lorris et le monument aux morts, à Ouzouer-sur-Loire (Loiret).

Voir Ouzouer-sur-Loire (Loiret), 14 août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252511, notice SIMPSON Edward, Kingsbury par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 27 novembre 2022, dernière modification le 30 novembre 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Site "LE MAQUIS DE LORRIS" Le monument d’Ouzouer-sur-Loire.— Mémorial Genweb.— ABMC.— To fly and fight

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément