BEAUFILS Jacques dit Hippolyte

Par Michaël Boudard

Né le 9 décembre 1827 à Chevroches (Nièvre), mort le 6 mars 1891 à Dornecy (Nièvre) ; tailleur de pierre à Chevroches puis à Dornecy ; aubergiste à Dornecy ; proscrit du coup d’État de 1851.

Fils d’un tailleur de pierre de Chevroches (Nièvre), Jacques Beaufils exerça le même métier que son père. Son frère aîné Jacques Beaufils, ayant le même prénom, il ajouta Hippolyte pour éviter les confusions.
Comme son frère, il lutta contre le coup d’État du 2 décembre 1851. Arrêté, il fut condamné par le Conseil de guerre à l’Algérie plus. Autorisé à rentrer en France, il était domicilié à Montbrison (Loire) à partir de la fin d’année 1853. En août 1855, sa peine fut commuée en internement à Saint-Étienne (Loire) puis il fut affranchi de cet internement le 2 juin 1856. À la même période, il s’affilia à une société secrète des Pères de Famille, organisée à Saint-Étienne (voir à ce sujet Claude Akermann. Arrêté, il bénéficia d’un non-lieu, faute de preuves, mais il fut interné en Corse à partir d’août 1856.
Hippolyte Beaufils fut finalement autorisé à rentrer à Chevroches en mai 1857. Ayant repris son ancien métier, il se maria à Dornecy en juillet 1860 avec une lingère. Installé dans ce village, il fut nommé, le 12 septembre 1870, membre de la Commission spéciale chargée d’administrer Dornecy, alors que la Troisième République venait de naître.
En juillet 1881, à la suite de la loi de réparation nationale, un Comité des victimes du 2 décembre 1851 fut constitué à Clamecy et dans son canton : Hippolyte Beaufils fut désigné comme membre correspondant pour la commune de Dornecy. En son sein, il retrouva Alexandre Gannier pour la commune de Chevroches et Édouard Coquard, ancien maire de Clamecy en septembre 1870, qui présidait ce Comité.
Comme son frère aîné, Hippolyte Beaufils obtint 1 200 francs de rente viagère. Devenu aubergiste, il était toujours actif dans le « parti républicain » et il intervint notamment en août 1885 lors de la réunion des délégués du canton de Clamecy en vue de la nomination des candidats radicaux pour les prochaines élections législatives.
Il décéda en mars 1891 : enterré à Chevroches, ses obsèques furent civiles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252537, notice BEAUFILS Jacques dit Hippolyte par Michaël Boudard, version mise en ligne le 26 novembre 2022, dernière modification le 26 novembre 2022.

Par Michaël Boudard

SOURCES : Arch. Nat., BB 30/417, P 1371. — Arch. Dép. Nièvre : état civil de Chevroches ; état civil et recensement de Dornecy ; M 541 : élections municipales de Dornecy ; M 1665 : dossiers individuels-coup d’État de décembre 1851 ; journaux Le Patriote de la Nièvre, Le Clamecycois et [L’Écho de Clamecy. — Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851 (poursuivis-decembre-1851.fr). – Maertens Jean-Luc, « Jaque Hippolyte Beaufils, tailleur de pierre de la République, dans L’insurrection de 1851, Bulletin de la Société scientifique et artistique de Clamecy, 1997.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément