KAHN Jeanne [LABOURET Jeanne épouse]. Pseudonymes : Janine, Lindet, Picard

Par Marie-Cécile Bouju

Née le 7 septembre 1912 à Paris (IVe arr.), morte le 8 octobre 2010 à Bernay (Eure), commerçante, résistante.

Fille d’André Victor Léopold Labouret (1883-1915), typographe et d’Antonine Ferbeuf, linotypiste, Jeanne Labouret était pupille de la nation depuis 1926 : André Labouret était mort pendant la Grande Guerre, blessé mortellement, le 27 novembre 1915. Sa mère, Antonine Ferbeuf Labouret, continua d’exercer son métier de linotypiste.

Jeanne Labouret aurait travaillé comme vendeuse avant la guerre.

Jeanne Labouret a épousé Robert Kahn, industriel spécialisé dans la métallurgie. Le couple eut deux enfants, Annette (née en 1941) et Paul-Emile. La famille s’installa à Saint-Etienne (Loire) où Robert Kahn dirigeait avec son frère Pierre la société Sidexpor.

En 1941, la société fut aryanisée. Robert Kahn et sa famille quittèrent Saint-Étienne pour la villa Bénédicte à Saint-Just-sur-Loire (Loire). Durant l’hiver 1942-1943, Robert devint représentant de commerce et se rapprocha de Libération, participa à la constitution du NAP, Noyautage des Administrations Publiques et devint responsable des Mouvements Unis de la Résistance pour la Loire. Robert Kahn a été arrêté à Saint-Étienne, réussit s’enfuir, puis fut à nouveau arrêté le 22 septembre 1943 à Lyon. Il fut interné à Montluc.

Jeanne Kahn prit la suite de son mari en août 1943 et devint membre du réseau Plutus, dirigé par son beau-frère Pierre Kahn-Farelle. Elle fut agent de liaison pour le service du logement, à Lyon. Elle fut arrêtée le 5 novembre 1943 à Lyon pour espionnage et également incarcérée à Montluc. Les Allemands firent le rapprochement avec Robert Kahn, qui fut fusillé le 17 août 1944. Jeanne Kahn a été déportée (avec pour nom de jeune fille Picard) le 11 août 1944, dans le dernier convoi qui est parti de Lyon pour Auschwitz, avec 650 camarades. Elle a été transférée à Ravensbrück le 14 octobre et à Flossenbürg (kommando de Plauen) le 24 novembre. Libérée le 20 avril 1945 à Plauen, elle a été rapatriée le 24 mai 1945.

Veuve, mère de deux enfants, Jeanne Kahn reprit une activité professionnelle. Elle se spécialisa dans le commerce de luxe.

Jeanne Kahn fut reconnue comme résistante, membre des FFC et déportée-internée de la résistance.

Sa fille Annette Kahn devint journaliste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252667, notice KAHN Jeanne [LABOURET Jeanne épouse]. Pseudonymes : Janine, Lindet, Picard par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 3 décembre 2022, dernière modification le 3 décembre 2022.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCES : SHD GR 16 P 325980. – Association Flossenburg [en ligne]. - Arch. Paris acte naiss. 4N214 n° 869 et acte de mariage 16M267 n°1111 [en ligne]. – Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon, 3335W27, 3335W15 [en ligne]. - Annette Kahn. Robert et Jeanne, Paris, Payot, 1990 (non consulté).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément