DIANOUX Francis, Roger

Par Christian Mahieux

Né le 14 janvier 1958 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; cheminot, chef de district ; syndicaliste CFDT puis SUD-Rail/Solidaires, permanent et membre du Bureau du syndicat CFDT de Paris Sud-Est puis SUD-Rail, membre du Bureau fédéral SUD-Rail (1996-2002), représentant syndical au CCE de la SNCF (1999-2002).

Christian Mahieux (à gauche) et Francis Dianoux (à droite), lors d’un stage du Bureau syndical CFDT des travailleurs de Paris Sud-Est, à Montdidier, en juin 1995
Christian Mahieux (à gauche) et Francis Dianoux (à droite), lors d’un stage du Bureau syndical CFDT des travailleurs de Paris Sud-Est, à Montdidier, en juin 1995
[Droits réservés archives personnelles de Christian Mahieux]

Francis Dianoux était le fils de Michel Dianoux, cheminot, et de Yvonne Feroul, mère au foyer. La famille vécût dans plusieurs villes au gré des affectations du père de famille. Ancien apprenti à Santenay (Côte-d’Or), celui-ci fut successivement agent téléphonie à Marseille-Joliette (Bouches-du-Rhône), chef de circonscription SES à Lunel (Hérault) puis à Sète (Hérault) et, enfin, inspecteur signalisations à Dijon (Côte-d’Or). Francis Dianoux suivit des études secondaires et universitaires dans l’Hérault. Titulaire d’un baccalauréat section C (« mathématiques, physique-chimie »), obtenu au lycée Paul Valéry de Sète en 1976, il poursuivit sa scolarité en classes préparatoires Math Sup-Math Spé, pendant un an et demi, au lycée Joffre de Montpellier.

En 1978, il décida d’interrompre ses études et de postuler à la SNCF.
Ayant obtenu le concours de Chef de district (CDT), il fut embauché à la SNCF le 1er février 1978. Il fut affecté sur la région de Dijon (Côte-d’Or), d’abord comme CDT stagiaire puis CDT intérimaire. De février 1978 à juin 1982, il travailla aux sections Équipement de Mâcon (Saône-et-Loire) puis de Dijon-ville. En 1982, il fut muté sur la région Paris Sud-Est, à la section Equipement de Paris Lyon 2. En 1988, il fut placé en service libre au titre de ses responsabilités syndicales. Après avoir été permanent CFDT puis SUD-Rail, Francis Dianoux ne put reprendre un poste de Chef de district en établissement car la direction de l’entreprise lui refusa toute affectation. Il devint coordinateur environnement de la direction de Paris Sud-Est de novembre 2001 à mai 2008, date à laquelle il fut affecté à la direction du Développement durable jusqu’à sa retraite en janvier 2015.

Francis Dianoux adhéra à la CFDT fin 1981-début 1982, à Dijon (Côte-d’Or). Mais ce fut en arrivant sur la région SNCF Paris Sud-Est qu’il commença à militer. En 1984, il devint membre du bureau du syndicat CFDT de Paris Sud-Est, au sein duquel il participa au développement de l’organisation dans les établissements Équipement, c’est-à-dire là où la CFDT était faible et la CGT très largement majoritaire. Le travail accompli par la jeune équipe CFDT porta ses fruits. La CFDT devint majoritaire sur les sections Équipement de Paris Lyon et Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne). Il en fut de même après la création de SUD-Rail, sur l’ensemble de la région Paris Sud-Est. À compter de 1984 et jusqu’en 2008, Francis Dianoux accomplit divers mandats en tant que délégué du personnel de l’encadrement, secrétaire de Comité d’hygiène, sécurité et des conditions de travail, représentant syndical au Comité d’établissement régional et au Comité central d’entreprise de 1999 à 2002.

Francis Dianoux représentait son syndicat au Conseil de l’Union départementale CFDT de Paris jusqu’en 1995, ainsi qu’au Collectif national de la branche cheminots de la CFDT et lors des congrès fédéraux ; il fut délégué lors du congrès confédéral CFDT de mars 1995 où la direction confédérale fut mise temporairement en minorité. Francis Dianoux coanimait le Groupe technique national CFDT Équipement et joua un rôle prépondérant, en 1985, lors des grèves de l’astreinte. Il témoigna de cette lutte dans l’ouvrage Désobéissances ferroviaires paru en 2022 : « C’est en 1985 qu’a eu lieu la première grève de l’astreinte. Depuis plusieurs années, la tension sociale était forte au sein des services de l’Équipement. En 1978 et 1979, la direction s’était attaquée à la compensation de cette sujétion qu’est l’astreinte (disponibilité totale durant les périodes de repos les week-ends et la nuit). Face à la grogne, elle avait ensuite pris des engagements pour revoir la situation, mais 5 ans après, rien n’était fait. Sous la pression d’équipes locales, souvent constituées de jeunes militants et militantes, la fédération CFDT décide de soutenir une forme d’action innovante : un préavis de grève nationale est déposé, couvrant 59 minutes en fin de service chaque vendredi, jusqu’à la reprise de service, le lundi matin ; le contrat de travail étant suspendu, les agents ne sont pas tenus de répondre aux appels durant le week-end, ils et elles font la grève de l’astreinte ». Une seconde grève nationale de l’astreinte eu lieu d’octobre 1990 à juin 1991.

Co-animateur du syndicat CFDT des travailleurs du rail de la région Paris Sud-Est en 1995 aux côtés notamment de Didier Fontaine, Nathalie Pierrard et Christian Mahieux, Francis Dianoux fit partie des fondateurs et fondatrices de SUD-Rail (SUD Cheminots), le 26 janvier 1996. Il fut membre du bureau fédéral, jusqu’au 14 octobre 2002, date à laquelle il annonça sa démission de ce mandat en raison de désaccords sur ce que devenait le mode de fonctionnement du bureau fédéral. Il continua de participer à la vie de son syndicat, d’abord à Paris Sud-Est puis aux Services centraux, qu’il rejoignit à compter de 2008. En retraite, il anima des formations syndicales, pour la fédération des syndicats SUD-Rail et l’Union syndicale Solidaires.

Francis Dianoux eut des engagements associatifs locaux à Montgeron (Essonne) puis à Saumur (Maine-et-Loire) ; il adhéra durant un an au Parti de gauche, peu après sa création. En 1987, il se maria avec Sylvie Devant, elle-aussi cheminote et militante de la CFDT puis de SUD-Rail, il était père de deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252802, notice DIANOUX Francis, Roger par Christian Mahieux, version mise en ligne le 15 mai 2023, dernière modification le 2 octobre 2023.

Par Christian Mahieux

Christian Mahieux (à gauche) et Francis Dianoux (à droite), lors d'un stage du Bureau syndical CFDT des travailleurs de Paris Sud-Est, à Montdidier, en juin 1995
Christian Mahieux (à gauche) et Francis Dianoux (à droite), lors d’un stage du Bureau syndical CFDT des travailleurs de Paris Sud-Est, à Montdidier, en juin 1995
[Droits réservés archives personnelles de Christian Mahieux]
Francis Dianoux (à gauche) lors du 1er congrès de la fédération des syndicats SUD-Rail, le 27 avril 1996, à Villeneuve-Saint-Georges.
Francis Dianoux (à gauche) lors du 1er congrès de la fédération des syndicats SUD-Rail, le 27 avril 1996, à Villeneuve-Saint-Georges.
[Droits réservés archives personnelles de Christian Mahieux]
Francis Dianoux, 2022
Francis Dianoux, 2022
[Droits réservés archives personnelles de Francis Dianoux]

SOURCES : Archives personnelles de Christian Mahieux. — François Paccou, La fédération des syndicats Sud-Rail (1996-2005), rapport annexe à Dominique Andolfatto et Dominique Labbé, Les syndiqués en France (1990-2006), Grenoble, IEP-Pacte, mai 2007. — Christian Mahieux, Désobéissances ferroviaires], Paris, Éditions Syllepse, 2022. — Entretiens avec Francis Dianoux, 2022.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable