BIAGGINI Antoine

Par Nicolas Simonpoli

Né le 30 juin 1955 ; cheminot, aiguilleur ; syndicaliste CGT, secrétaire du syndicat CGT de Sathonay , secrétaire général du secteur CGT de Lyon (1993-1998), membre de la commission exécutive de l’UD-CGT du Rhône, membre de la commission exécutive (1993-2000) et du bureau (1997-2000) de la Fédération CGT des Cheminots ; militant communiste.

Antoine Biaggini, La tribune des cheminots, n°743, 1997
Antoine Biaggini, La tribune des cheminots, n°743, 1997
[Droits réservés. Coll. IHS-CGT Cheminots]

La famille d’Antoine Biaggini était originaire du village d’Évisa en Corse-du-Sud. Elle fut très imprégnée par la corporation cheminote. Son grand-père était mécanicien des chemins de fer. Après la Seconde guerre mondiale, le père d’Antoine Biaggini, résistant, fut lui-aussi cheminot.

Antoine Biaggini grandit dans la région lyonnaise. Après ses études secondaires, réalisées dans la filière générale C (« mathématiques-physique »), il entra à l’Ecole de notariat de Lyon (Rhône). Néanmoins, sa scolarité fut fortement perturbée par l’état de santé de son père qui, atteint d’une grave maladie, décéda prématurément. Antoine Biaggini dut assurer, avec sa mère, la subsistance de ses trois frères et sœurs.

En 1974, il interrompit ses études pour entrer dans la vie active. Il fut d’abord embauché aux PTT où il vécut le conflit social de l’automne 1974, conflit auquel il participa activement au sein de la section CGT de son établissement. En mars 1976, Antoine Biaggini fut embauché à la SNCF en qualité d’attaché groupe VII à l’Exploitation. En septembre de la même année, il fut affecté comme agent mouvement à la gare des Brotteaux à Lyon (Rhône) où il poursuivit son activité professionnelle et son engagement syndical. Il connut ensuite des postes à Lyon Vaise et l’Arbresle (Rhône). En 1979, il fut affecté à Sathonay-Camp (Rhône) où aucun syndicat CGT n’existait. Il décida de créer une structure qui réunit rapidement une trentaine de cheminots. Au début des années 1980, sur proposition de Jean-Louis Huerta, secrétaire du secteur CGT de Lyon, il intégra le bureau du secteur en tant que responsable à l’Organisation. Il s’investit également dans le collectif technique Exploitation au niveau régional.

En 1993, Antoine Biaggini fut élu à la commission exécutive de la Fédération CGT des Cheminots puis, en 1997, au bureau fédéral. À cette occasion, il fut placé en service libre. Il demeura secrétaire général du secteur CGT de Lyon jusqu’en août 1998, avant de s’investir uniquement à la Fédération. En tant que dirigeant fédéral, il fut chargé du secteur Comité d’entreprise, de la Formation syndicale, de l’activité en direction des femmes ainsi que de l’action dans les DOM-TOM. Il eut notamment à gérer des dossiers relatifs à la mise en application de la loi sur les 35 heures, à la coordination des différents comités d’établissement régionaux ou encore à la mise en œuvre de la politique de formation syndicale édictée lors du XXXXVIe congrès confédéral.

En 1999, Antoine Biaggini eut d’importants problèmes de santé qui l’obligèrent à interrompre son mandat au bureau fédéral. En 2002, il ne prolongea pas ses responsabilités syndicales et réintégra à la SNCF.

En parallèle de son engagement syndical, Antoine Biaggini milita politiquement. Dès ses quatorze ans, il adhéra aux Jeunesses communistes puis, devenu étudiant, il milita à l’UEC et à l’Unef. Il devint ensuite militant du Parti communiste français.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252820, notice BIAGGINI Antoine par Nicolas Simonpoli, version mise en ligne le 2 octobre 2023, dernière modification le 18 août 2023.

Par Nicolas Simonpoli

Antoine Biaggini, La tribune des cheminots, n°743, 1997
Antoine Biaggini, La tribune des cheminots, n°743, 1997
[Droits réservés. Coll. IHS-CGT Cheminots]

SOURCES : Arch. IHS-CGT des Cheminots (cotes : 27 FD ; 30 FD 1-3). — La Tribune des cheminots, n°743 et 757, 1997-1998.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable