SGORLON Jean-Michel

Par Nicolas Simonpoli

Né le 23 mai 1953 à Cadillac (Gironde), mort le 30 novembre 2010 à Fontainebleau (Seine-et-Marne) ; cheminot, contrôleur de train ; syndicaliste CGT, élu au CE de Paris Austerlitz (1983-1985), secrétaire du syndicat CGT des cheminots de Paris Austerlitz (1985-1989), membre de la commission exécutive de l’UL-CGT du XIIIe arrondissement de Paris, membre de la commission exécutive (1986-2007) et du bureau (1990-2007) de la Fédération CGT des Cheminots, secrétaire du CCE de la SNCF (1993-1998) ; militant communiste.

Portrait de Jean-Michel Sgorlon paru dans le journal du 39ème congrès fédéral, n°6, novembre 2003
Portrait de Jean-Michel Sgorlon paru dans le journal du 39ème congrès fédéral, n°6, novembre 2003
[Droits réservés. Coll. IHS-CGT Cheminots]

Jean-Michel Sgorlon était originaire de la région de Bordeaux (Gironde). En 1973, il fut embauché à la SNCF comme agent de train et affecté en gare de Paris Austerlitz. Il y travailla jusqu’en 1990, date à laquelle il fut placé en service libre au titre de ses fonctions syndicales. Il demeura permanent jusqu’à son départ en retraite en 2010.

En 1975, Jean-Michel Sgorlon adhéra à la CGT. Rapidement, il occupa des responsabilités au niveau local. D’abord au Comité régional du travail puis, de 1983 à 1985, au comité d’établissement de Paris Austerlitz et, enfin de 1985 à 1989, comme délégué du personnel. En 1985, il devint également secrétaire du syndicat CGT de Paris Austerlitz et ce jusqu’en 1989. Son engagement le conduisit aussi à s’investir dans l’interprofessionnel. Il siégea ainsi à la commission exécutive de l’UL-CGT du XIIIe arrondissement de Paris.

À compter de 1986, Jean-Michel Sgorlon prit davantage de responsabilités au niveau de la Fédération CGT des Cheminots. Cette année-là, il fut élu à la commission exécutive de la fédération. En 1990, il fut élu au bureau fédéral. Il prit en charge le secteur Comité d’entreprise de la fédération. À cette responsabilité, il dut continuer d’œuvrer pour que la SNCF contribue équitablement aux œuvres sociales transférées aux Comités d’entreprises en 1986, pour que les prestations offertes par les CE soient en adéquation avec les attentes des cheminots. Ce ne fut pas toujours simple ainsi, en 1992, après un recul des voix attribuées à la CGT lors des élections pour les CE, Jean-Michel Sgorlon proposa d’opérer « une analyse, sans complaisance aucune […] de ce qu’il nous a manqué en matière d’activité syndicale et de pratique démocratique » (La tribune des cheminots, n°693, 1992). En 1992, Christiane Bedon fut réélue à la présidence du CCE et Jean-Michel Sgorlon occupa la présidence de la commission Information-Communication. En juin 1993, peu après que Christiane Bedon fut élue secrétaire générale adjointe de la Fédération CGT des Cheminots, Jean-Michel Sgorlon prit sa succession à la tête du CCE. L’activité du CCE couvrait alors une grande diversité de domaines : les bibliothèques, les cantines professionnelles, les centres de vacances, l’emploi, etc. Il conserva la responsabilité du CCE jusqu’en 1998, année où Thierry Roy lui succéda.

En 2000, Jean-Michel Sgorlon fut désigné secrétaire général adjoint de la Fédération CGT des Cheminots, aux côtés de Didier Le Reste, secrétaire général de l’organisation. À cette fonction, on lui confia la charge de la coordination du travail du bureau fédéral et la coordination des différents secteurs régionaux de la fédération. Il demeura secrétaire général adjoint jusqu’en 2007. Aux côtés des autres membres du bureau fédéral, il eut à gérer plusieurs mobilisations d’ampleur telle celle contre la réforme des retraites menée par le gouvernement de François Fillon en 2003. Après son départ du bureau fédéral, il demeura collaborateur de la fédération jusqu’en 2010.

Parallèlement, à son engagement syndical, Jean-Michel Sgorlon fut militant du Parti communiste français.

Jean-Michel Sgorlon était marié et père d’un enfant.

En 2010, il succomba à une maladie foudroyante.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252829, notice SGORLON Jean-Michel par Nicolas Simonpoli, version mise en ligne le 2 octobre 2023, dernière modification le 30 septembre 2023.

Par Nicolas Simonpoli

Portrait de Jean-Michel Sgorlon paru dans le journal du 39ème congrès fédéral, n°6, novembre 2003
Portrait de Jean-Michel Sgorlon paru dans le journal du 39ème congrès fédéral, n°6, novembre 2003
[Droits réservés. Coll. IHS-CGT Cheminots]

SOURCES : Arch. IHS-CGT des Cheminots (27 FD 1, 30 FD). — La tribune des cheminots, numéros 673, 689, 693, 694, 703, 709, 713, 773, 774, 809, 810, 819. 1990-2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable