WARENNE Hervé, Alain, Fernand

Par Nicolas Simonpoli

Né le 20 avril 1952 à Novy-Chevrières (Ardennes) ; cheminot, ouvrier professionnel au Matériel ; syndicaliste CGT, membre du bureau du syndicat CGT des ateliers d’Ourcq, membre du bureau du secteur CGT de Paris Est, secrétaire du collectif national Matériel de la Fédération CGT des Cheminots (1992-1997), membre de la commission exécutive de la Fédération CGT des Cheminots (1993-1997), secrétaire général de l’Orphelinat national des chemins de fer français (1998-2004).

Portrait d’Hervé Warenne paru dans La tribune des cheminots, n°669, 1989
Portrait d’Hervé Warenne paru dans La tribune des cheminots, n°669, 1989

Hervé Warenne était le fils de Luc Warenne, agent EDF, et de Simone Stochement, mère au foyer. Installée dans les Ardennes, la famille comptait six enfants, quatre garçons et deux filles. Hervé Warenne effectua sa scolarité secondaire dans un collège d’enseignement technique de Reims (Marne). En 1969, il y obtint un CAP d’ajusteur-outilleur.

Au terme de sa scolarité, Hervé Warenne fut embauché comme ouvrier monteur dans une filiale de l’entreprise Fenwick, spécialisée dans la fabrication de chariot élévateur. Il y travailla de 1969 à 1970. Cette même année, il fut engagé par la SNCF en tant qu’agent manœuvre sur la circonscription Exploitation de Pantin/Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). La corporation cheminote ne lui était pas totalement étrangère puisque son grand-père maternel avait été chef de train sur le réseau Est. Dès 1971, il fut affecté aux ateliers du Matériel d’Ourcq (Pantin, Seine-Saint-Denis) en tant qu’ouvrier professionnel. Il y travailla jusqu’en 1989, année où il fut placé en service libre au titre de ses responsabilités syndicales. Il demeura permanent jusqu’à son départ en retraite en avril 2007.

En 1969, employé d’une filiale de Fenwick, Hervé Warenne se syndiqua à la Fédération CGT de la Métallurgie. En 1972, devenu cheminot, il renouvela son engagement à la CGT. Très vite, il prit des responsabilités au sein de l’organisation syndicale et des instances représentatives du personnel. À Ourcq, il fut élu du comité mixte d’établissement, au CHSCT, au comité mixte professionnel régional, au CRAS et au comité d’établissement. Il fut également délégué catégoriel et de groupe. Dans l’organisation syndicale, il fut responsable de la section technique Matériel et membre du bureau du syndicat CGT des cheminots de l’Ourcq (Pantin, Seine-Saint-Denis), membre du collectif Jeunes et bureau du secteur CGT de Paris Est.

À compter de 1983, il prit des responsabilités de niveau national. Cette année-là, il intégra le collectif technique national de la filière Matériel. Collectif dont il fut le premier secrétaire de 1992 à 1997. À ce titre, il travailla en collaboration étroite avec Patrick Chamaret, membre du bureau fédéral chargé de suivre le collectif. À cette fonction, Hervé Warenne défendit une politique d’entretien du Matériel centrée sur la sécurité des usagers et des marchandises. Il se battit également contre l’externalisation de certaines tâches réalisées au sein des ateliers du Matériel. En 1992 puis en 1995, la SNCF opéra une refonte de la filière Matériel. Hervé combattit les logiques de concentration et de rationalisation des services dont l’objectif consistait à réduire la part des moyens humains et techniques dédiés à la filière. Ainsi, entre 1985 et 1995, la CGT évalua à 20 000, le nombre d’emplois disparus dans la fonction Matériel. En 1998, il participa à une rencontre européenne au sujet de l’organisation et des méthodes de travail dans les établissements du Matériel. Organisés à l’initiative des commissions ouvrières espagnoles, regroupant également la CGT Portugaise, ces échanges permirent d’envisager une convergence des revendications à porter auprès de la commission européenne.

En 1998, Hervé Warenne devint secrétaire général de l’Orphelinat national des chemins de fer français (ONCF). En parallèle, il travailla au pôle formation syndical de la Fédération CGT des Cheminots puis conjointement, à compter de 2004, au sein de la commission fédérale Santé-Conditions de travail jusqu’en 2007. Il exerça la fonction de secrétaire de l’ONCF jusqu’en 2004.

Afin d’assurer au mieux l’ensemble de ses mandats, Hervé Warenne suivit les stages de formation syndicale de Base, de niveau Moyen et Supérieur. Il fut également formateur syndical dans de nombreux stages fédéraux.

Venu le temps de la retraite, il s’investit dans la section CGT des cheminots retraités de Paris Est dont il devint le secrétaire à compter de 2007.

Militant de l’ONCF, il s’investit également au sein de l’Avenir social et Loisirs et solidarités des retraités, deux associations de la CGT.

En 1988, Hervé Warenne épousa Viviane Gerin, cheminote, secrétaire du syndicat CGT des cheminots de Paris Est. Le couple eut deux enfants dont l’un devint cheminot.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252840, notice WARENNE Hervé, Alain, Fernand par Nicolas Simonpoli, version mise en ligne le 2 octobre 2023, dernière modification le 19 juillet 2023.

Par Nicolas Simonpoli

Portrait d'Hervé Warenne paru dans La tribune des cheminots, n°669, 1989
Portrait d’Hervé Warenne paru dans La tribune des cheminots, n°669, 1989

SOURCES : Arch. IHS-CGT des Cheminots. — La tribune des cheminots, numéros 609, 615, 669, 693, 697, 708, 721, 740, 752, 790, 818. 1981-2004. — Renseignements fournis par l’intéressé, mai 2022.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable