GUERET Pierre

Par Guy Henrio

Né le 11 novembre 1936 à Valognes (Manche) ; cheminot, agent de conduite ; syndicaliste CGT, secrétaire de la section technique ADC du syndicat CGT des cheminots de Caen, membre du bureau du syndicat CGT des cheminots de Caen, membre du comité technique ADC du secteur CGT de Normandie ; militant communiste.

Pierre Gueret
Pierre Gueret
[Droits réservés. Coll. Guy Henrio]

Pierre Guerret était le fils de Louis Gueret, postier, ancien combattant de la Première guerre mondiale, et de Nathalie Clereaux, femme de ménage. La famille comptait deux enfants, Pierre et son frère, de quatorze ans son aîné. Pierre grandit dans un milieu catholique dont il ne conserva pas l’orientation.

Après l’obtention du Certificat d’études primaires, Pierre s’orienta vers une formation de chaudronnier qu’il suivit à Bayeux (Calvados). Il fut titulaire d’un CAP dans cette spécialité. Au terme de ses études, il exerça différents métiers à Caen. Il fut successivement chauffagiste, chaudronnier dans le secteur du bâtiment, salarié de la radiotechnique. En 1963, sur les conseils de sa belle-mère, veuve d’un agent de conduite tué en service en 1945 et de son nouveau compagnon, lui-même agent de conduite au dépôt de Lison (Calvados), il sollicita un emploi à la SNCF. En mai de la même année, il fut embauché au dépôt de Caen (Calvados). Engagé comme ouvrier professionnel, il travailla d’abord au Matériel. Mais, très vite, il se destina à la conduite et suivra donc une formation dédiée. En février 1965, il fut nommé élève mécanicien, puis en août 1971, conducteur de route et, enfin, conducteur de route principal en novembre 1981. Ce fut à ce grade qu’il prit sa retraite en janvier 1987.

En 1963, Pierre Gueret adhéra à la CGT. À l’instar de nombreux ouvriers de l’atelier, ce fut Roger Rambert, délégué du personnel « ouvriers » et responsable du syndicat, qui se chargea de le syndiquer. Lors de la grève de mai-juin 1968, il prit conscience de la nécessité de s’engager plus avant et ce fut à partir de cette période qu’il commença vraiment à militer. Pour compléter sa formation sur le tas, il suivit une école syndicale organisée par le secteur régional à Ver-sur-Mer (Calvados) sous la responsabilité de Jean-Pierre Cossu.

Pierre assura diverses responsabilités syndicales, d’abord au sein de la section technique agents de conduite (ADC), dont il devint secrétaire, ainsi qu’au bureau du syndicat CGT de Caen (Calvados). Il siégea également au comité technique ADC du secteur CGT de Normandie. Parallèlement il fut élu au comité mixte d’établissement du dépôt de Caen (Calvados), fonction qu’il assura pendant plusieurs mandats. Il siégea également au comité de travail des ADC, une instance importante de la filière puisqu’on y étudiait les roulements. Dans le cadre de ces fonctions au comité mixte, Pierre mit souvent en difficulté la direction du dépôt par sa connaissance de la filière ADC.

Parti en retraite, Pierre Gueret se retira à Moon-sur-Elle (Manche) où il poursuivit son engagement. Il fut élu secrétaire de la section des retraités du syndicat CGT des cheminots de Lison (Calvados). Il assura cette fonction jusqu’en 2006. Il revint ensuite habiter à Caen (Calvados) où il proposa ses services à la section des retraités du syndicat CGT des cheminots, il siégea au Bureau. Il était encore membre du bureau de la section en 2019.

En parallèle de son engagement syndical, Pierre Gueret eut un engagement politique. En 1969, il adhéra au Parti Communiste français. Il n’y prit jamais pris pas de responsabilités. Hasard de l’histoire familiale, de par son épouse, il était parent avec Georges Marchais.

Pierre fut également militant de l’Association de défense de la ligne Caen – Rennes de 1991 à 2006.

En 1960, il épousa Nicole Daunou. Le couple eut deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252861, notice GUERET Pierre par Guy Henrio, version mise en ligne le 2 octobre 2023, dernière modification le 4 août 2023.

Par Guy Henrio

Pierre Gueret
Pierre Gueret
[Droits réservés. Coll. Guy Henrio]

SOURCE : Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable