ARNAUD Jean-Jacques

Né vers 1807 ou 1809. Fabricant de malles et demeurant à Marseille (Bouches-du-Rhône) en 1848, Jean-Jacques Arnaud avait été condamné le 25 février 1847 à six jours de prison par le tribunal correctionnel de cette même ville pour injures et coups. Membre de la Garde nationale, il était considéré comme très exalté en politique et il prit une part active à la révolution de 1848. Lieutenant de la compagnie des Montagnards, il avait « à la bouche constamment des menaces de mort contre les riches, les prêtres, les carlistes ». Accusé d’avoir pris part aux événements insurrectionnels des 22 et 23 juin, il fut arrêté le 25. On trouva dans un enclos dépendant de son habitation quatre fusils. Il fut condamné le 12 août 1849 par la cour d’assises (appel ?) de la Drôme à dix ans de détention. Il fut transféré à Belle-Île-en-Mer (Morbihan) le 16 octobre 1850. Il fut gracié en juillet 1856. Voir Michel Balajat*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article25287, notice ARNAUD Jean-Jacques, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, M 6/103, lettre du commissaire spécial au préfet, du 28 juillet 1856. — Cour d’assises de la Drôme. Procès des accusés de juin de Marseille, Marseille, impr. nationale-association d’ouvriers, 1849. — Arch. Dép. Morbihan, série Y, écrou 150. —Notes de M. Cordillot et J-Y. Mollier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément