NEGRE Denis

Par Hervé Pagès

Né le 8 avril 1956 à Mazamet (Tarn) ; cheminot, chef de district ; syndicaliste CGT, élu du CHSCT, militant de l’UFCM-CGT, délégué du personnel à Toulouse (1988-1999).

Denis Nègre
Denis Nègre
[Droits réservés. Coll. IHS-CGT Cheminots]

Jean Nègre, le père de Denis, était ouvrier mégissier à Mazamet (Tarn), militant de la Fédération CGT des Cuirs et Peaux et secrétaire de l’UL-CGT de Mazamet. Sa mère, Aimée Latapie, était aide-ménagère. La famille comptait trois fils.

Denis Nègre effectua l’ensemble de ses études à Mazamet. Il obtint un baccalauréat section E (Mathématiques et Technique). En 1974, avant les épreuves du baccalauréat, il présenta plusieurs concours de la fonction publique dont celui de chef de district stagiaire à la SNCF. Reçu à l’examen, il choisit d’intégrer l’entreprise ferroviaire. Le 16 décembre 1974, il fut affecté à Tours (Indre-et-Loire). Il y demeura jusqu’en 1976, année où il fut appelé pour le service national qu’il effectua jusqu’en février 1977.

À son retour, il fut affecté à la section Équipement de Toulouse-centre (Haute-Garonne). En 1979, il fut détaché de Midi-Pyrénées pour les travaux de la ligne nouvelle du futur TGV à Cluny (Saône-et-Loire), où il se vit confier des travaux de génie civil, ainsi que des tâches connexes : remembrement, remise de voiries routières, de reboisement ou des finitions de terrassement. Une fois cette mission achevée, en 1980, il fut muté à Tarbes (Hautes-Pyrénées), où il fut affecté à un poste de chef de district aide et intérim En septembre 1984, il fut muté à Figeac (Lot) sur un poste de chef de district bâtiments, en charge d’un parc important de logements gérés directement par la SNCF. Puis, en décembre 1987, il fut affecté à Rodez (Aveyron) où il accéda accède au collège cadres, où il fut en charge de nombreuses missions en plus de celle de l’entretien de la voie : ouvrages d’art, bâtiments, travaux, relations avec les collectivités locales.

En 1995, à l’occasion d’une réorganisation générale des découpages et des missions, il devint chef d’unité de production. En 2001, il accéda au grade de directeur d’établissement à Millau (Aveyron). Durant cette période, il eut de nombreux travaux de modernisation de la ligne Béziers-Neussargues à l’initiative du ministre de l’Équipement et des Transports, Jean-Claude Gayssot. En 2005, une réorganisation de l’Infrastructure conduisit Denis à rejoindre Montpellier (Hérault), où il fut responsable de la mise en place de l’Agence bâtiments et énergie pour l’ensemble de la Région SNCF de Montpellier. Puis il prit la responsabilité de Directeur de l’Even de Narbonne, établissement en charge des infrastructures ferroviaires, sur la partie ouest de la Région. En 2010, Denis fut muté au centre ingénierie Méditerranée à Marseille (Bouches-du-Rhône), où il devint responsable du pôle projet. Il conserva cette responsabilité jusqu’en 2012, année de son départ à la retraite.

Denis adhéra à la CGT en 1979, au moment de son arrivée sur la région de Toulouse. Il militait alors dans une association interne à la SNCF, l’Association des cadres et techniciens des installations fixes (ACTIF). Les dirigeants locaux de cette association étaient, à ce moment-là, des syndiqués de la CGT avec qui il sympathisa.

Il fut élu pour la première fois comme délégué du personnel Tarbes (Hautes-Pyrénées), puis il fut élu du personnel et secrétaire du CHSCT à Figeac (Lot). En 1988, il fut élu délégué du personnel cadres sur la région de Toulouse, mandat qu’il exercera jusqu’en 1999. Il participa au congrès de l’UFCM-CGT d’Evian du 13 au 17 novembre 1989.

Denis se maria avec Florence, secrétaire. Le couple eut trois enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252883, notice NEGRE Denis par Hervé Pagès, version mise en ligne le 2 octobre 2023, dernière modification le 22 août 2023.

Par Hervé Pagès

Denis Nègre
Denis Nègre
[Droits réservés. Coll. IHS-CGT Cheminots]

SOURCE : Renseignements fournis par l’intéressé, janvier 2023.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable