GIELY Jean-Manuel

Par Nicolas Simonpoli

Né le 19 mars 1950 à Chambéry (Savoie) ; cheminot, cadre transport ; syndicaliste CGT, secrétaire général du secteur CGT de Chambéry (1983-1991), membre de la commission exécutive de la Fédération CGT des Cheminots (1983-1996), membre du bureau du CCE de la SNCF (1992-1996) ; élu local, conseiller municipal de Barby (1982-1994).

Jean-Manuel Giely, 2022.
Jean-Manuel Giely, 2022.
[Droits réservés. Coll. IHS-CGT Cheminots]

Jean-Manuel Giely que tout le monde appelé « Manu » était le fils de René Giely, diffuseur de presse, et de Thérèse Antonelli, femme de ménage. Installée en Savoie, la famille comptait deux enfants. Jean-Manuel effectua des études secondaires. En 1970, il obtint un baccalauréat F1, spécialisé dans la construction mécanique.

En 1974, Jean-Manuel Giely fut embauché à la SNCF en qualité d’ouvrier qualifié à l’établissement Matériel et Traction d’Ambérieu (Ain). Le monde cheminot ne lui était pas tout à fait étranger puisqu’un de ses oncles travaillait à la SNCF en tant que caténairiste. Dès son entrée dans l’entreprise, Jean-Manuel envisagea de devenir agent de conduite. En 1975, il débuta comme élève conducteur au dépôt de Grenoble (Isère). Il y demeura jusqu’en 1980. Cette année-là, il fut muté au dépôt de Chambéry (Savoie) où il devint ensuite contrôleur Traction en 1982. En 1985, Jean-Manuel fut placé en service libre au titre de ses fonctions syndicales. Il conserva le statut de permanent jusqu’en 1997, année où il réintégra un poste dans l’entreprise après une formation universitaire. Ainsi, en 1997, il obtint un Master spécialisé dans les transports urbains et régionaux à l’Université de Lyon II, puis il intégra la direction des TER de Lyon (Rhône) en qualité de cadre Transport. En 2000, il accéda au statut d’ingénieur Transports puis, en 2002, d’ingénieur Transports Exploitation au sein du groupe Systra, groupe d’ingénierie spécialisé dans la mobilité dont la SNCF était l’un des principaux actionnaires. Il y travailla jusqu’à son départ en retraite en 2005.

En 1973, Jean-Manuel Giely adhéra à la CGT. Il milita successivement aux syndicats CGT des cheminots d’Ambérieu (Ain), Grenoble (Isère) et Chambéry (Savoie). Prenant de plus en plus de responsabilité, il fut élu secrétaire général du secteur CGT de Chambéry en 1983, fonction qu’il occupa jusqu’en 1991. Cette responsabilité régionale le conduisit à siéger dans les instances nationales de la Fédération CGT des Cheminots. Entre 1983 et 1994, il fut membre de la commission exécutive de l’organisation. De 1992 à 1996, il fut également élu au bureau du Comité central d’entreprise de la CGT, instance dont il présida la commission Économique. Dans les années 1990, il publia plusieurs articles dans La tribune des cheminots dans lesquels il décortiquait le budget de la SNCF, soulignant l’échec des contrats de plan et des politiques d’austérité mises en œuvre par l’entreprise. Il fut également élu CGT du conseil économique et social de la région Rhône-Alpes.

En parallèle de son engagement syndical, Jean-Manuel Giely fut aussi militant politique. En 1983, il adhéra au Parti communiste français. Il s’investit également à l’échelle municipale. En 1982 et 1994, il fut conseiller municipal de la ville de Barby (Savoie).

Divorcé, Jean-Manuel était père de trois enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252890, notice GIELY Jean-Manuel par Nicolas Simonpoli, version mise en ligne le 2 octobre 2023, dernière modification le 30 août 2023.

Par Nicolas Simonpoli

Jean-Manuel Giely, 2022.
Jean-Manuel Giely, 2022.
[Droits réservés. Coll. IHS-CGT Cheminots]

SOURCES : Arch. IHS-CGT des Cheminots. — Renseignements fournis par l’intéressé, septembre 2022.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable