REUL Henri Barthélémy. [Belgique]

Par Freddy Joris

Dison (pr. Liège, arr. Verviers), 15 novembre 1900 – Andrimont (aujourd’hui commune de Dison), 1 avril 1988. Ouvrier textile, militant communiste, conseiller communal d’Andrimont, député de l’arrondissement de Verviers.

Fils et petit-fils d’ouvriers textiles, Henri Reul effectue deux années d’enseignement technique après ses études primaires. Ayant achevé son service militaire dans la cavalerie, il devient ouvrier textile à son tour et est promu contremaitre à l’âge de vingt-sept ans. Affilié au Parti ouvrier belge (POB) et syndicaliste, il sympathise avec les communistes. Il finit par adhérer au Parti communiste de Belgique (PCB) en 1934, à l’exemple de son père Henri (né en 1874) affilié dès 1930.

Henri Reul joue un rôle actif durant les six mois de grève générale du textile de 1934 à Verviers. Dans la foulée, il obtient sa participation à un voyage-découverte en Union soviétique. Il s’implique, ainsi que son épouse, dans le comité d’accueil des enfants orphelins de combattants espagnols républicains vers 1936-1937. Le couple héberge une petite fille basque qu’ils adoptent quelques années plus tard.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Henri Reul entre dans la clandestinité en 1941, après l’invasion de l’Union soviétique par l’Allemagne. Membre fondateur du Front de l’indépendance, il est chargé d’organiser des actions militaires du Parti communiste clandestin à Verviers d’abord, puis à Liège. Il y est désigné comme responsable politique. Il devient membre du Comité central en 1943. Il est nommé aussitôt instructeur pour quatre Fédérations communistes clandestines.

À la Libération, Henri Reul rejoint Verviers en tant que responsable politique de la Fédération verviétoise du PCB. Membre du conseil communal d’Andrimont de 1940 à 1952, il conduit la liste communiste à Verviers lors des élections législatives du 17 février 1946. Il est élu député représentant l’arrondissement de Verviers. Il siège au Parlement jusqu’en 1949. Son mandat achevé, il est engagé comme manœuvre aux Ateliers Houget (entreprise de construction mécanique-machines textiles), où il est contremaitre jusqu’à sa retraite en 1965.

Veuf en premières noces de Maria Letesson, Henri Reul se remarie avec Mariette Dobbelstein. L’une et l’autre sont également militantes communistes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article252955, notice REUL Henri Barthélémy. [Belgique] par Freddy Joris, version mise en ligne le 25 mars 2024, dernière modification le 22 mars 2024.

Par Freddy Joris

SOURCE : CArCoB, dossier « Henri Reul ».

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable