ASTAIX Joseph

Né le 26 mars 1814 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), mort à Paris le Ier décembre 1865. Fabricant de fromages, représentant du peuple à la Constituante de 1848.

Joseph Astaix jouissait d’une coquette fortune et il était estimé de ses concitoyens. Connu avant 1848 pour ses idées démocratiques et républicaines, au « Club du Cabarno », il passait pour un rouge. Adjoint au maire de Clermont-Ferrand, il fut, le 23 avril 1848, élu député du Puy-de-Dôme, le 15e sur 15, par 46 333 voix (inscrits : 173 000, votants : 125 422).
Il vota toujours avec l’extrême gauche : contre le cautionnement, contre les poursuites intentées à Louis Blanc et Caussidière, contre le rétablissement de la contrainte par corps, contre l’état de siège (Journées de Juin), contre les impôts sur le sel et les boissons, pour l’abolition de la peine de mort, pour l’inscription du droit au travail dans la Constitution, contre l’ordre du jour déposé par Dupont de l’Eure : « Le général Cavaignac a bien mérité de la Patrie. » Seul, il put calmer les manifestations clermontoises du 21 mars 1849, où des chômeurs exhibèrent le drapeau rouge. Il ne fut pas réélu aux élections de 1849.
En 1851, il appuya la campagne du journal socialiste L’Eclaireur républicain pour la création à Clermont d’une association alimentaire pour faire baisser le prix de la vie. Il était alors membre de la commission d’organisation d’une « Boucherie sociétaire ». Voir Gervais Lasteyras, Paul Mandosse.

Joseph Astaix était le père du communard Michel Astaix.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article25330, notice ASTAIX Joseph, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 27 mars 2021.

SOURCES : Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français. — Balteau, Barroux, Prévost..., Dictionnaire de Biographie française, Paris, 1939. — Bonnefoy, Histoire de l’administration civile... dans le Puy-de-Dôme, t. III.

ICONOGRAPHIE : Bonnefoy, op. cit., p. 427.

Version imprimable Signaler un complément