AUBOYER Antoine

Propriétaire au Breuil (Allier). Selon une note du commissaire central de police de Saint-Étienne (Loire), du 3 janvier 1852, c’était « un des principaux chefs de l’insurrection du Donjon et de l’assassinat du gendarme de Lapalisse ». Auboyer s’était réfugié dans la Loire, à Saint-Étienne, au milieu du mois de décembre 1851. Voir Dr Aimé Giraud-de-Nolhac, Louis Pourçain Gobert, Gilbert Billard, Dr Joseph Hector Chaumet.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article25362, notice AUBOYER Antoine, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 11 décembre 2020.

SOURCE : Arch. Dép. Loire, 10 M 37. — La Presse, 24 décembre 1851. — Adolphe Robert, Statistique pour servir à l’histoire du 2 décembre 1851 : Paris et les départements, Paris, à la Librairie de la Renaissance, 1869, p. 32. — Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, « Auboyer - Antony », Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément