BARBIN Louis, Pierre

Né le 22 septembre 1822 à La Rochelle (Charente-Inférieure) ; Organisateur de la société secrète La Militante à Chateauneuf-sur -Charente.

Marié, père de deux enfants en 1856, marchand quincaillier à Châteauneuf-sur-Charente (Charente). Initié en avril 1855, il organisa avec A. Gueslin et F. Buisson la société secrète la Militante de Châteauneuf. Barbin fut le lien principal entre le comité central de la Militante de Paris, et les sociétés de la Charente et d’autres départements de l’Ouest. Il recevait des imprimés publiés à Jersey par les réfugiés. Il fit de nombreuses affiliations. Il déplorait la misère des ouvriers et voulait y remédier par un changement de gouvernement. Plusieurs tribunaux le condamnèrent pour délit de société secrète : le 20 mai 1856, le tribunal correctionnel d’Angoulême lui infligea deux ans de prison. Cette peine se confondit avec celle rendue par le tribunal correctionnel de la Seine, Barbin étant aussi affilié à la Militante de Paris. Les 23 mai et 21 juin 1856, le tribunal correctionnel de Cognac (Charente) le condamna à deux ans de prison, 100 F d’amende et cinq ans d’interdiction des droits civiques pour affiliation aux sociétés de Châteauneuf et de Cognac. Le 2 juin 1856, le tribunal de police correctionnel de Bordeaux le condamna à la même peine. Barbin était, selon le procureur impérial de Cognac, un homme actif, intelligent et exalté. Voir Antoine Malarte*, Jacques Dognon*, et pour le groupe de Châteauneuf : Pierre Achapt*, Victor Bobelin*, François Buisson*, Pierre Buisson*, Augustin-Nicolas Clergeau*, Louis Coustolle*, Pierre Fouche*, Jean Galocher*, Felix Gensel*, Alexis Gueslin*, Pierre Joubert*, Jean-Marie Lecharles*, Elie Legouteux*, Marcelin Legouteux*, Quintin Petoton*, Prieur-Mollen Jean*, Valentin Reigné*, Mathias Tiffon*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article25736, notice BARBIN Louis, Pierre, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Dép. Charente, M 646. — Journal Le Charentais des 21, 25, 28 et 30 mai 1856. — Registres des jugements des tribunaux correctionnels d’Angoulême et de Cognac, de 1856.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément