BARRIER

Ébéniste de Bordeaux. Barrier faisait partie, en 1856, de la Militante, société secrète ouvrière issue de la Marianne. La Militante qui s’allia avec la société secrète bourgeoise des Droits de l’Homme, était en correspondance avec les proscrits de Londres. Elle organisait des grèves et projetait, sur le plan local, la formation d’un conseil révolutionnaire. Les bourgeois des Droits de l’Homme voulaient le tiers des sièges, mais les ouvriers de la Militante revendiquaient la totalité. Les principaux affiliés, dont Barrier, passèrent en correctionnelle les 26 et 27 mars 1856. D’autres comparurent à plusieurs reprises devant les tribunaux en 1856. Voir pour la Marianne : Chaillou* ; pour l’Union : Gazon Victor* ; pour les militants donnés comme affiliés « aux sociétés secrètes » et poursuivis comme tels : Masse Alexandre* ; pour la Militante : Boudet Guillaume*, Chabrier Antoine*, Chaillot Jean*, Coulom Jean-Baptiste*, Girard Michel*, Guillebeau Pierre*, Héquet Joseph*, Latapie*, Lataste*, Marchand*, Marchand Jean*, Odol François*, Pérault Louis*, Père Laurent*, Petit-Colas Jean-Baptiste*, Plaigne Jacques*, Ramondeau Jean*, Ravary François*, Raygasse François*, Sicard*, Thomas Pierre, dit Réunion*, Vigier Jean*, Viguier François*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article25850, notice BARRIER , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 31 mai 2021.

SOURCE : Arch. Dép. Gironde, série M. Police générale, 1185.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément