BAUMIER Jacques Claude

Par Gauthier Langlois

Né le 27 février 1824 à Sablé-sur-Sarthe (Sarthe), mort le 20 février 1886 à Caen (Calvados) ; architecte, proscrit du 2 décembre réfugié à Jersey puis assigné à résidence à Caen, constructeur de la station balnéaire de Houlgate à partir de 1858.

Villa de l’entrepreneur parisien Eugène Brodu construite à Houlgate en 1886 par Jacques Claude Baumier.
Villa de l’entrepreneur parisien Eugène Brodu construite à Houlgate en 1886 par Jacques Claude Baumier.
Source : Lithographie en couleurs de Spiégel d’après Pierre Chabat La brique et la terre cuite Paris, Morel, 1889.

Fils de Jacques Louis Baumier, entrepreneur de bâtiments franc-maçon et de Marie Julienne David. Son nom est orthographié par erreur Eugène Beaunner sur la liste d’Alavoine.

Il fut formé dans une agence d’architecture parisienne puis revint s’installer comme entrepreneur et architecte dans sa ville natale. Il y fut initié à la franc-maçonnerie par la loge de son père, l’Industrie et l’Amitié orient de Sablé, le 22 décembre 1845.

Favorable aux idées libérales, il fut poursuivi pour son opposition au coup d’État du 2 décembre 1851. Pour échapper aux poursuites, il se réfugia dans l’île de Jersey en compagnie de plusieurs de ses compatriotes de la Sarthe. Il s’y trouvait le 23 février 1852, comme l’atteste sa visite à la loge La Césarée, orient de Jersey.

La commission mixte de la Sarthe le condamna alors à 5 ans de surveillance hors de la Sarthe, motivée par le commentaire suivant : « Considérant, en ce qui concerne le Sr Baumier, qu’élève du sieur Silly, il en a adopté toutes les doctrines et qu’il s’est chargé de les répandre parmi les ouvriers placés sous ses ordres ; qu’il était à la tête des démagogues actifs de la commune de Sablé et que, dès le mois de novembre, dans une réunion de la loge maçonnique, il disait : "quand le moment sera venu, nous nous battrons tous en déterminés et chacun de nous en vaudra quatre, ce sera la victoire ou la mort" ; que le 5 décembre, s’attendant à être arrêté, il avait fait promettre à ses ouvriers de ne pas le laisser enlever ; que pendant les événements on a surpris cette conversation entre son contremaître et lui : "Ceux-ci sont bons. Excepté le père Beton, dit le contre-maître. A quoi Baumier répondit : Et les mineurs ? Ils ne veulent pas en être, répondit le contre-maître" ; à quoi se rapporte l’attitude des ouvriers de Sablé qui parcouraient la ville par petits groupes, d’où il ressort évidemment que Baumier avait arrêté l’insurrection qui n’a manqué que par des circonstances indépendantes de sa volonté... »

Il revint rapidement en France et fut assigné à résidence à Caen (Calvados). Le 20 avril 1852, sa peine fut commuée en simple surveillance mais il demeura à Caen où il construisit des villas dans la ville et sur la côte.

Il fonda en 1858, avec trois autres associés, la Société Civile immobilière des terrains de Beuzeval, aujourd’hui Houlgate, et établit le plan d’urbanisme de cette nouvelle station balnéaire. L’année suivante il commença à construire le grand hôtel, l’église et les premières maisons de villégiatures. Pour ses constructions il s’inspira des manoirs normands à pans de bois et créa le style régionaliste néo-normand qui fut adopté dans les autres stations balnéaires de la région.

Sous la IIIe République il renoua avec la politique. De 1877 à sa mort il fut conseiller municipal de Caen, sous le mandat de trois maires républicains de gauche.

Il avait épousé, en 1858 à Lisieux, Marie Delphine Dulong dont il eût un fils, René, qui reprit le cabinet d’architecture de son père.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article26074, notice BAUMIER Jacques Claude par Gauthier Langlois, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 4 septembre 2020.

Par Gauthier Langlois

Villa de l'entrepreneur parisien Eugène Brodu construite à Houlgate en 1886 par Jacques Claude Baumier.
Villa de l’entrepreneur parisien Eugène Brodu construite à Houlgate en 1886 par Jacques Claude Baumier.
Source : Lithographie en couleurs de Spiégel d’après Pierre Chabat La brique et la terre cuite Paris, Morel, 1889.

SOURCES : Arch. privées de la famille Alavoine-Baudains, Liste établie par Eugène Alavoine après 1870. — Archives de la Sarthe, Acte de naissance. — Archives du Calvados, Acte de décès. — Journal de Honfleur, 24 février 1886. — Bnf, Fichier Bossu, Fiche 1, Fiche 2. — Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, « Baumier - Jacques Claude », Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013. — Notice Wikipedia. — Note de Rémi Gossez.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément