BIDAULT Jean-Joseph

Par Jean Risacher

Né le 9 mars 1796 à Dun-sur-Auron (Cher), mort le 2 novembre 1854. Avocat. Républicain convaincu. Défenseur des accusés d’avril 1834.

Lorsqu’il était étudiant en droit à Paris en 1814, Jean-Joseph Bidault lutta contre la Restauration. Il prit un cabinet d’avocat en 1820 à Saint-Amand-Montrond (Cher) et fut compromis dans diverses conspirations contre le régime. S’affirmant républicain, il participa à l’élimination des autorités carlistes de sa ville en 1830. Membre du conseil municipal et du conseil général, commandant de la garde nationale, il organisa une souscription pour les victimes lyonnaises de 1831, à la suite de quoi le conseil fut dissous puis réélu. Devenu président de l’Association nationale en 1831, Bidault anima les républicains qui, après avoir souscrit à l’amende infligée à la Tribune, constituèrent en octobre 1832 le premier noyau de l’Association pour la presse. Sous son impulsion, le groupe du Cher de l’Association pour la presse s’organisa le 25 novembre et le nomma parmi les sept membres du Comité. Ce groupe fit distribuer les brochures de la société Aide toi, le ciel t’aidera, des exemplaires du Bon sens et de la Revue du Cher. Défenseur, en 1835, des accusés d’avril 1834, il se retira de la vie politique de 1846 à 1848. Nommé sous-commissaire du gouvernement, il abandonna au Trésor ses indemnités de fonctionnaire. Porté à la candidature par la plupart des clubs républicains du département, il fut élu le 2e sur 7, le 23 avril 1848 à la Constituante. Mais il abandonna la Montagne pour rejoindre Cavaignac, ce qui lui coûta son siège à l’élection de 1849 à la Législative. Réélu lors d’une élection partielle en 1850, il rejoindra définitivement la droite, puis l’Empire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article26562, notice BIDAULT Jean-Joseph par Jean Risacher, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 4 septembre 2018.

Par Jean Risacher

SOURCES : A. Robert, E. Bourleton, G. Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français, 1789-1889, Paris, Borl, 1891. — Georges Weil, Histoire du Parti Républicain en France (1814-1870), Paris, Félix Alcan, 1928. — Gabriel Perreux, Au temps des sociétés secrètes. La propagande républicaine au début de la monarchie de Juillet, Paris, Hachette, 1931.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément