BISSON Jacques, Théodore

Par Pierre Baudrier

Né vers 1802 à Mamers (Sarthe), ouvrier sur les ports, insurgé des 5 et 6 juin 1832.

Jacques Bisson vivait au domicile d’une fille publique. Il fut condamné en cour d’assises à six mois de prison et à 16 F d’amende (28 juin 1832), pour, le 6 juin, avoir provoqué, « par des discours proférés dans des lieux publics, à commettre le délit de rébellion envers un agent de la force publique », et pour avoir attaqué un garde national. Il avait prodigué des encouragements à son camarade Lasonnerie* avec lequel il avait tenté de prendre l’arme d’un garde national de la banlieue. On reprochait aussi à Bisson d’avoir jeté des pierres à la troupe de ligne à partir de la barricade de la rue Aubry-le-Boucher. A son procès il s’était défendu pied à pied, ne cessant de relever des contradictions dans les témoignages qui lui étaient opposés. Les accusations d’attentat et de complot ne furent pas retenues contre lui.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article26667, notice BISSON Jacques, Théodore par Pierre Baudrier, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 4 septembre 2016.

Par Pierre Baudrier

SOURCE : Arch. Min. guerre, justice militaire, non classé. — Journal des débats politiques et littéraires, 29 juin 1832, p. 3. – Merkwürdige Rechtshändel in Frankreich, H. Malten’s Neueste Weltkunde. Neue Folge. Jahrgang 1832. Zehnter Theil. Bei Heinrich Remigius Sauerländer, p. 224. — Note de T. Bouchet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément